"Il faut être clair. Nous sommes une banque solide. Nous ne sommes pas impactés par cette amende", affirme un porte-parole de BNP Paribas Fortis, tout en soulignant qu'il n'y aura "pas de restrictions au niveau des crédits", ni d'impact sur les tarifs. Si le régulateur suisse a demandé à la filiale suisse de BNP Paribas, qui a elle-même violé les embargos américains, de renforcer ses fonds propres, BNP Paribas Fortis ne doit, de son côté, prendre aucune mesure semblable car elle n'est en rien concernée par le type de transactions réalisées par la filiale suisse, souligne-t-on encore. "Nous restons dans le cadre de notre plan 'Bank for the future' et il n'y a pas de raison de l'accélérer", conclut le porte-parole de BNP Paribas Fortis. La banque belge entend ainsi poursuivre ses efforts de rationalisation entamés début 2013, avec pour objectif de faire passer à terme son ratio coûts-revenus sous la barre des 70%. (Belga)

"Il faut être clair. Nous sommes une banque solide. Nous ne sommes pas impactés par cette amende", affirme un porte-parole de BNP Paribas Fortis, tout en soulignant qu'il n'y aura "pas de restrictions au niveau des crédits", ni d'impact sur les tarifs. Si le régulateur suisse a demandé à la filiale suisse de BNP Paribas, qui a elle-même violé les embargos américains, de renforcer ses fonds propres, BNP Paribas Fortis ne doit, de son côté, prendre aucune mesure semblable car elle n'est en rien concernée par le type de transactions réalisées par la filiale suisse, souligne-t-on encore. "Nous restons dans le cadre de notre plan 'Bank for the future' et il n'y a pas de raison de l'accélérer", conclut le porte-parole de BNP Paribas Fortis. La banque belge entend ainsi poursuivre ses efforts de rationalisation entamés début 2013, avec pour objectif de faire passer à terme son ratio coûts-revenus sous la barre des 70%. (Belga)