"Il avait été décidé de regrouper le charroi (poches torpilles et wagons) par catégories et sur quelques voies, à l'intérieur du site", explique la direction. "Ce rassemblement de wagons doit permettre d'y accéder en toute sécurité. La direction est intervenue sur place pour mettre fin à ces agissements." Bernard Dehut, CEO d'ArcelorMittal Liège, ajoute ne pas avoir "l'intention de transférer ces wagons vers Gand. Cette situation est tout à fait intolérable et nous réagirons fermement. Si on tolère le démontage de rails, où cela va-t-il s'arrêter?" Des délégués FGTB s'étaient rendus sur le site de Chertal lundi matin pour démonter des rails et ainsi empêcher le transfert vers Gand de wagons qui ont pour rôle d'assurer le transport de fonte en fusion entre le haut-fourneau et l'aciérie de Liège et qui ne sont plus en service depuis l'arrêt des installations. (Belga)

"Il avait été décidé de regrouper le charroi (poches torpilles et wagons) par catégories et sur quelques voies, à l'intérieur du site", explique la direction. "Ce rassemblement de wagons doit permettre d'y accéder en toute sécurité. La direction est intervenue sur place pour mettre fin à ces agissements." Bernard Dehut, CEO d'ArcelorMittal Liège, ajoute ne pas avoir "l'intention de transférer ces wagons vers Gand. Cette situation est tout à fait intolérable et nous réagirons fermement. Si on tolère le démontage de rails, où cela va-t-il s'arrêter?" Des délégués FGTB s'étaient rendus sur le site de Chertal lundi matin pour démonter des rails et ainsi empêcher le transfert vers Gand de wagons qui ont pour rôle d'assurer le transport de fonte en fusion entre le haut-fourneau et l'aciérie de Liège et qui ne sont plus en service depuis l'arrêt des installations. (Belga)