"La réunion a été très brève", indique David Camerini, président de la délégation CSC chez ArcelorMittal pour le front commun syndical. "La direction a répondu aux cinq questions que nous lui avions posées la semaine dernière, mais elle est restée floue comme elle a l'art de le faire. Puis nous avons clôturé la séance." Les syndicats attendent par ailleurs les conclusions de la Task Force mise en place par le gouvernement wallon pour tenter de dégager des pistes permettant de sauver le bassin sidérurgique liégeois. "Elles devraient tomber d'ici 15 jours", précise le représentant syndical. "Nous pourrons alors prendre position. L'objectif est de maintenir un maximum d'activités à Liège, une sidérurgie intégrée qui garantisse l'avenir des travailleurs et de leur famille", ajoute-t-il. Le prochain conseil d'entreprise extraordinaire est prévu le 18 avril. (PVO)

"La réunion a été très brève", indique David Camerini, président de la délégation CSC chez ArcelorMittal pour le front commun syndical. "La direction a répondu aux cinq questions que nous lui avions posées la semaine dernière, mais elle est restée floue comme elle a l'art de le faire. Puis nous avons clôturé la séance." Les syndicats attendent par ailleurs les conclusions de la Task Force mise en place par le gouvernement wallon pour tenter de dégager des pistes permettant de sauver le bassin sidérurgique liégeois. "Elles devraient tomber d'ici 15 jours", précise le représentant syndical. "Nous pourrons alors prendre position. L'objectif est de maintenir un maximum d'activités à Liège, une sidérurgie intégrée qui garantisse l'avenir des travailleurs et de leur famille", ajoute-t-il. Le prochain conseil d'entreprise extraordinaire est prévu le 18 avril. (PVO)