Entre janvier et mars, la croissance allemande est repartie tout doucement, avec une hausse de 0,1% du Produit intérieur brut (PIB), après une contraction de 0,7% au dernier trimestre 2012, selon Destatis, qui a confirmé une première estimation publiée mi-mai. Si l'hiver "extrêmement rigoureux" a pesé sur l'économie allemande au premier trimestre, "la consommation privée lui a donné une impulsion positive par rapport au trimestre précédent: corrigée des variations saisonnières, de prix et calendaires, elle a progressé de 0,8%", a ajouté l'Office. A l'inverse, les dépenses des ménages privés ont reculé de 0,3% au dernier trimestre 2012, selon un nouveau chiffre. En revanche, le commerce extérieur n'a apporté "aucun soutien" au premier trimestre 2013, a poursuivi l'Office. Certes, les importations ont reculé de 2,1% par rapport aux trois derniers mois de 2012, mais les exportations ont également ralenti de 1,8%. En outre, les dépenses de l'État fédéral allemand et les investissements ont baissé respectivement de 0,1% et 2,4% par rapport au trimestre précédent, est-il souligné. En rythme annuel, le PIB du premier trimestre s'affiche en recul de 1,4%, mais de 0,2% seulement corrigé des variations calendaires, a précisé l'Office, confirmant également ses précédentes estimations. (Belga)

Entre janvier et mars, la croissance allemande est repartie tout doucement, avec une hausse de 0,1% du Produit intérieur brut (PIB), après une contraction de 0,7% au dernier trimestre 2012, selon Destatis, qui a confirmé une première estimation publiée mi-mai. Si l'hiver "extrêmement rigoureux" a pesé sur l'économie allemande au premier trimestre, "la consommation privée lui a donné une impulsion positive par rapport au trimestre précédent: corrigée des variations saisonnières, de prix et calendaires, elle a progressé de 0,8%", a ajouté l'Office. A l'inverse, les dépenses des ménages privés ont reculé de 0,3% au dernier trimestre 2012, selon un nouveau chiffre. En revanche, le commerce extérieur n'a apporté "aucun soutien" au premier trimestre 2013, a poursuivi l'Office. Certes, les importations ont reculé de 2,1% par rapport aux trois derniers mois de 2012, mais les exportations ont également ralenti de 1,8%. En outre, les dépenses de l'État fédéral allemand et les investissements ont baissé respectivement de 0,1% et 2,4% par rapport au trimestre précédent, est-il souligné. En rythme annuel, le PIB du premier trimestre s'affiche en recul de 1,4%, mais de 0,2% seulement corrigé des variations calendaires, a précisé l'Office, confirmant également ses précédentes estimations. (Belga)