Les sociétés Rheinmetall Defence Electronics et Atlas Elektronik, perquisitionnées dans la semaine, auraient corrompu des fonctionnaires grecs pour favoriser la signature de contrats portant sur des équipements pour sous-marins, selon un porte-parole du parquet qui a ajouté que les entreprises étaient également soupçonnées de fraude fiscale. Rheinmetall Defence Electronics a réfuté ces allégations, les considérant comme "sans fondement", selon les propos d'un porte-parole, cité par le Süddeutsche Zeitung. EADS et ThyssenKrupp, les maisons-mères des deux entreprises mises en cause, ont confirmé les perquisitions dans leurs filiales, selon le journal. Selon le porte-parole du parquet de Brême, ce dossier pourrait, pour partie, présenter des similitudes avec l'affaire Ferrostaal. L'entreprise avait versé des commissions occultes de plusieurs millions d'euros afin de décrocher des marchés de sous-marins. En janvier 2012, un tribunal de Munich a condamné l'entreprise à une amende de 140 millions d'euros et deux de ses anciens responsables à des peines de prison avec sursis. (Belga)

Les sociétés Rheinmetall Defence Electronics et Atlas Elektronik, perquisitionnées dans la semaine, auraient corrompu des fonctionnaires grecs pour favoriser la signature de contrats portant sur des équipements pour sous-marins, selon un porte-parole du parquet qui a ajouté que les entreprises étaient également soupçonnées de fraude fiscale. Rheinmetall Defence Electronics a réfuté ces allégations, les considérant comme "sans fondement", selon les propos d'un porte-parole, cité par le Süddeutsche Zeitung. EADS et ThyssenKrupp, les maisons-mères des deux entreprises mises en cause, ont confirmé les perquisitions dans leurs filiales, selon le journal. Selon le porte-parole du parquet de Brême, ce dossier pourrait, pour partie, présenter des similitudes avec l'affaire Ferrostaal. L'entreprise avait versé des commissions occultes de plusieurs millions d'euros afin de décrocher des marchés de sous-marins. En janvier 2012, un tribunal de Munich a condamné l'entreprise à une amende de 140 millions d'euros et deux de ses anciens responsables à des peines de prison avec sursis. (Belga)