"Nous donnons d'abord la priorité à des actions ludiques", comme ce vendredi à Gand, a déclaré Jean Pierre Goossens, responsable à la CGSP-Cheminots. Après plusieurs cas d'agression sur des accompagnateurs de train, notamment sur la ligne 50A, samedi dernier à Liedekerke, les syndicats réclament qu'un second accompagnateur de train soit désormais prévu sur une série de lignes à problèmes en Flandre et sur les trains les plus longs. Ils donnent à la direction jusqu'au 11 octobre pour réagir, sous peine de mener des actions plus dures. Si aucune avancée n'est enregistrée 10 jours avant cette échéance, un préavis de grève sera donc bel et bien déposé, avertit Jean Pierre Goossens. Le son de cloche est similaire auprès de la CSC-Transcom. "Nous attendons jusqu'au 11 octobre et nous nous préparerons à d'éventuelles actions", déclare le responsable syndical Luc Piens. (Belga)

"Nous donnons d'abord la priorité à des actions ludiques", comme ce vendredi à Gand, a déclaré Jean Pierre Goossens, responsable à la CGSP-Cheminots. Après plusieurs cas d'agression sur des accompagnateurs de train, notamment sur la ligne 50A, samedi dernier à Liedekerke, les syndicats réclament qu'un second accompagnateur de train soit désormais prévu sur une série de lignes à problèmes en Flandre et sur les trains les plus longs. Ils donnent à la direction jusqu'au 11 octobre pour réagir, sous peine de mener des actions plus dures. Si aucune avancée n'est enregistrée 10 jours avant cette échéance, un préavis de grève sera donc bel et bien déposé, avertit Jean Pierre Goossens. Le son de cloche est similaire auprès de la CSC-Transcom. "Nous attendons jusqu'au 11 octobre et nous nous préparerons à d'éventuelles actions", déclare le responsable syndical Luc Piens. (Belga)