"La faillite grecque est inévitable"

19/05/15 à 11:14 - Mise à jour à 11:33

Source: De Morgen

Dans une lettre adressée au FMI et relayée par le quotidien financier britannique Financial Times, le premier ministre grec Alexis Tsipras révèle qu'il ne pourra pas s'acquitter d'une échéance de 750 millions d'euros. C'est la première fois que Tsipras tire ouvertement la sonnette d'alarme.

"La faillite grecque est inévitable"

/ © Reuters

Geert Noels

Geert Noels © BELGA

Selon le quotidien De Morgen, la Grèce a pu rembourser le FMI uniquement grâce à un fonds d'urgence du même FMI. En théorie, l'état grec devrait rembourser encore 1,5 milliard au FMI en juin. Aussi, l'économiste Geert Noels estime-t-il que la faillite grecque est inévitable.

Interrogé par De Morgen, Noels est d'avis qu'il ne sert à rien d'accorder encore des fonds d'urgence à la Grèce. "Ces derniers mois, on a écrit des bibliothèques entières sur le problème de liquidité et de solvabilité grec, mais à mes yeux la compétitivité particulièrement faible de toute l'économie grecque est beaucoup trop importante. Tant qu'on ne prend pas de mesures fondamentales à ce sujet, on applique un emplâtre sur une jambe de bois".

D'après l'économiste, le FMI ne peut pas se permettre de faire encore des concessions. L'institution risquerait en effet de perdre sa crédibilité internationale. "Aussi, une espèce de départ accompagné, temporaire de la zone euro me semble la solution la plus plausible. Les Grecs devraient revenir à la drachme, mais soutenus par la BCE. Une drachme 'gérée par la BCE' présenterait l'avantage que le pays pourrait rester dans l'UE. En outre, dans un tel scénario la monnaie grecque resterait également solvable sur le plan international".

Nos partenaires