La Belgique consacre 2,6% de son PIB aux pensions des fonctionnaires, un record

05/12/16 à 12:32 - Mise à jour à 12:32

Source: Belga

La Belgique a consacré, en 2013, 2,6% de son produit intérieur brut (PIB), ou 10,6 milliards d'euros, au paiement des pensions des fonctionnaires, un record parmi les 32 pays membres de l'OCDE, constate l'organisation de coopération et de développement économiques dans un rapport publié lundi.

La Belgique consacre 2,6% de son PIB aux pensions des fonctionnaires, un record

Daniel Bacquelaine, ministre fédéral des Pensions. © Belga

La Belgique devance, en pourcentage, le Royaume-Uni (2,3% du PIB), la France (2,2%) et Israël (2,1%).

Et pourtant, avec une fonction publique représentant un peu plus d'un emploi sur cinq, soit 21% de l'emploi total, notre pays n'affiche pas le secteur public le plus important des pays de l'OCDE. Dans plusieurs pays nordiques (Danemark, Norvège et Suède) et la Lettonie, la fonction publique représente en effet plus de 30% de l'emploi total. A l'inverse, cette part n'atteint même pas 10% dans des pays comme le Japon ou la Corée du sud et tout juste 10% au Chili et au Mexique.

"La relation entre l'emploi dans le secteur public et les dépenses de pension n'est pas toujours évidente", souligne l'OCDE, en comparant la Belgique (21%) et le Canada (20%) dont le poids de la fonction publique dans l'emploi total est similaire. Mais les deux pays "ont des niveaux de dépense considérablement différents", selon l'OCDE. Si la Belgique consacre 2,6% de son PIB aux pensions du service public, le Canada n'y consacre que 0,9%. Une différence due au fait que les pensions des fonctionnaires en Belgique sont entièrement séparées des pensions du secteur privé et peuvent représenter 75% du traitement des fonctionnaires en cas de carrière complète.

L'OCDE constate encore que la Belgique est l'un des rares pays membres de l'OCDE avec la France, l'Allemagne et la Corée du sud, à conserver un système de pension des fonctionnaires totalement séparé du système applicable aux travailleurs du privé. L'organisation internationale recommande un système intégré pour tous les travailleurs, qu'ils soient du public ou du privé, estimant que cela apporte des bénéfices en termes d'équité, de transparence, de mobilité professionnelle ou de coûts pour les finances publiques.

En savoir plus sur:

Nos partenaires