Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

02/11/16 à 15:56 - Mise à jour à 16:42

Y a-t-il un pirate informatique dans mon sex-toy ?

La question peut prêter à sourire et pourtant elle a été en quelque sorte posée par deux chercheurs australiens, à l'occasion de la dernière grande messe mondiale des hackers, autrement dit des pirates informatiques.

Y a-t-il un pirate informatique dans mon sex-toy ?

Un travail de précision © AFP

Ces deux chercheurs ont montré comment ils ont pu - et à distance, svp ! - prendre le contrôle d'un vibromasseur connecté. L'information peut sembler anecdotique, mais elle ne l'est pas. Ce piratage informatique a en effet permis aux deux Australiens de découvrir que le fabricant canadien de ces sex-toys collectait en toute discrétion des données sur l'utilisation faite de ses produits. Au-delà du fait que ces informations peuvent être dérobées à tout moment, avec une vie intime qui peut être jetée en pâture, il ne faut pas oublier que dans certains pays ce genre d'informations peut se révéler tragique...

Je vous parle de ce piratage parce que l'an dernier, c'était une Jeep Cherokee qui avait été piratée à distance. Les pirates - là aussi, des chercheurs - ont pu prendre le contrôle de la direction, du moteur, de la climatisation et du système multimédias de cette voiture. Et là aussi, pas besoin d'être grand clerc pour voir les dangers de ce piratage informatique.

Et il y a quelques jours, ce sont des centaines de milliers d'Américains qui se sont retrouvés sans contact avec Netflix, Twitter, Spotify, Amazon ou eBay. La raison ? Un programme informatique malfaisant a repéré des centaines de milliers d'objets connectés mal protégés et s'y est infiltré pour les bloquer.

Partager

Pourquoi les objets connectés sont-ils si vulnérables aux attaques des pirates informatiques?

Les attaques informatiques ne sont bien sûr pas neuves. Ce qui l'est c'est que ces attaques se font maintenant via des objets connectés. Comme vous le savez, aujourd'hui déjà - mais demain nettement plus - des objets du quotidien intègrent désormais une connexion à Internet: que ce soit notre montre, notre frigidaire, notre pèse-personne, notre caméra ou que sais-je encore. Or, ces objets liés à internet sont encore plus vulnérables aux attaques des pirates informatiques que votre PC. Pourquoi ? Parce que ces objets étant petits de taille, ils ne bénéficient que de faibles capacités de calculs et de mémoire. En clair, on ne peut pas y intégrer beaucoup de filtres de sécurité. Sans oublier que la plupart de ces objets du quotidien sont protégés par un mot de passe identique à tous les utilisateurs, et les acheteurs ne pensent souvent pas à le changer. Résultat: quand une attaque informatique se produit, tous les produits de la série sont menacés !

Quand on sait qu'en 2020, il y aura sur notre belle planète bleue 25 milliards d'objets connectés, on imagine les cibles potentielles pour les pirates informatiques. Notre vie au quotidien risque d'être un véritable foutoir. Le sex-toy dont je vous parlais risque en effet de perdre une bonne partie de son... sex-appeal.

En savoir plus sur:

Nos partenaires