Trends Numerik

Menu Next Door lève 1,75 million d'euros

24/05/16 à 06:43 - Mise à jour à 07:27

Fait rare pour une start-up belge: la plateforme de chefs amateurs est parvenue à convaincre plusieurs fonds étrangers d'entrer dans son capital lors de son premier tour de table. On y trouve Index Ventures ou Kima Ventures, le fonds de Xavier Niel. Une levée de fonds très prometteuse.

Menu Next Door lève 1,75 million d'euros

Nicolas Van Rymenant, fondateur de la start-up Menu Next Door © DR

On ne vous présente plus la start-up Menu Next Door qui joue les "Uber" des traiteurs en proposant aux internautes de devenir chefs et de vendre des plats préparés à leurs voisins. Après s'être lancée, en moins d'un an, à Paris et à Bruxelles voici qu'elle annonce une impressionnante levée de fonds. Menu Next Door est, en effet, parvenue à obtenir 1,75 millions d'euros (en amorçage!) auprès de grands noms internationaux. Parmi eux: Index Ventures, fonds que l'on retrouve derrière des start-up de renom comme Dropbox, BlaBlaCar, Criteo, Soundcloud, etc. Le tour de table compte également le fonds Kima Ventures, financé et soutenu par le Français Xavier Niel (Free) ou Local Globe et The Family.

Il est extrêmement rare que des fonds internationaux comme Index Ventures interviennent à un stade si précoce dans le financement de start-up belges. A plus forte raison pour un si beau montant qui laisse augurer une belle valorisation (que la start-up ne souhaite naturellement pas dévoiler). En seed, il n'est pas rare que les investisseurs seed négocient entre 20 et 40% du capital des start-up dans lesquels ils entre. Dans le cas présent, cela valoriserait donc la start-up entre 4 millions et un peu plus de 8 millions d'euros. Le reste du capital, lui, reste entre les mains du fondateur de la start-up, Nicolas Van Rymenant, et de quelques autres co-fondateurs et dirigeants de Menu Next Door.

Une start-up belgo-anglaise

Concrètement, ce n'est pas la société belge qui profite, directement, de cette levée de fonds. En effet, voici quelques semaines, les fondateurs ont créé une entreprise anglaise qui, elle, est propriétaire de deux entités (une belge et une française). Un montage qui a aidé à convaincre les investisseurs européens d'entrer au capital, nous dit-on.

Avec cet argent frais, Menu Next Door compte continuer son développement international. Après s'être lancée à Paris où elle compterait 45.000 utilisateurs, la jeune pousse vient d'ouvrir un bureau à Londres où sa plateforme est active depuis vendredi. Outre le personnel (3 personnes par villes plus 7 ou 8 responsables du siège), la firme commence à déployer un marketing régulier en ligne pour créer l'usage et recruter de nouveaux utilisateurs: menus gratuits pour les premières commandes, systèmes d'affiliation, mots-clés et achats médias sur Facebook, pour ne citer que quelques exemples.

Développement et marketing

La levée de fonds tombe à pic car Menu Next Door n'enregistre encore aucun chiffre d'affaires. "Nous nous concentrons sur le développement de la communauté, insiste Nicolas Van Rymenant. La monétisation du business n'est pas encore dans nos priorités. Cela viendra mais pas tout de suite." Et quand il s'agira de monétiser, c'est évidemment le modèle de la commission qui s'imposera: environ 15% sur les menus vendus par les chefs amateurs seront prélevés.

En savoir plus sur:

Nos partenaires