Trends Numerik

Les robots nous prennent nos jobs... tant mieux !

04/11/14 à 13:51 - Mise à jour à 13:51

Source: Trends-Tendances

Le CEO de Google Larry Page estime que les progrès technologiques bouleversent de manière positive le monde du travail.

Les robots nous prennent nos jobs... tant mieux !

© Reuters

Doit-on avoir peur des robots et de l'automatisation croissante de toute une série de métiers ? Non, répond Larry Page. Selon le co-fondateur et CEO de Google, les progrès technologiques apporteront à l'humanité et au monde du travail des avantages incommensurables. C'est ce qu'il a expliqué dans un entretien accordé au quotidien britannique Financial Times.

La polémique revient à intervalles réguliers depuis la révolution industrielle. Les technologies, comme la machine à vapeur, les chaînes de montage ou l'électricité, détruisent des jobs, parfois massivement. Récemment, des chercheurs de l'Université d'Oxford ont réalisé une étude retentissante, annonçant que près de la moitié des métiers étaient menacés à court ou moyen terme par l'automatisation.

Si la révolution industrielle a fait disparaître de nombreux métiers faiblement qualifiés, la révolution numérique s'attaque quant à elle à toute une série de métiers moyennement et hautement qualifiés. La qualité des algorithmes, développés par des sociétés comme Google, menace certaines activités que l'on croyait protégées, comme l'analyse financière, la comptabilité, voire certaines professions juridiques.

Ne pleurez pas ces jobs obsolètes

Larry Page est convaincu que ce raz-de-marée ne fait que commencer. Mais selon le patron de Google, il ne provoquera que des avancées positives sur nos sociétés. Des millions de gens perdront leur job ? Vrai. Mais personne ne devrait pleurer la disparition de ces métiers. "Une fois que ces jobs seront devenus obsolètes en raison des avancées technologiques, il ne servira à rien de perdre son temps à les regretter. L'idée que tout le monde devrait travailler servilement pour effectuer des tâches de manière inefficace afin de garder son job, cela n'a aucun sens pour moi. Ce n'est pas la bonne réponse", avance Larry Page dans le Financial Times.

Le patron de Google estime au contraire que neuf travailleurs sur dix se réjouiront de voir un robot ou un algorithme s'emparer de leur ancien job. Ces technologies permettront d'améliorer les performances de nombreux business par 10, prédit Larry Page. Dans ce monde de Bisounours, de moins en moins de gens travailleront, tout simplement parce que les robots et les algorithmes s'occuperont de tout, ou presque.

Vive la déflation

Problème : si de moins en moins de personnes travaillent, qui va consommer tous ces biens et services produits de manière si performante par des robots ? Il n'y a pas d'inquiétude à avoir, soutient Larry Page, tout simplement parce que tous les prix vont baisser. Nous serions à l'aube d'une période de déflation intense, qui touchera tous les biens de consommation.

"Je pense que toutes les choses dont vous avez envie pour vivre de manière confortable pourraient devenir beaucoup, beaucoup, beaucoup moins chères", prédit le CEO de Google. Même l'immobilier devrait subir une énorme décote : d'après Larry Page, le prix moyen d'une maison à Palo Alto dans la Silicon Valley pourrait très bien passer d'un million de dollars à 50.000 dollars.

La hausse du chômage, la déflation et l'effondrement du marché immobilier ne seraient donc pas un scénario catastrophe pour le patron de Google. Autant s'y préparer, prévient-il, parce que ces transformations sont de toute façon inéluctables : "Quand nous aurons des ordinateurs qui pourront prendre en charge de plus en plus de jobs, cela changera notre façon d'appréhender le travail. Nous n'échapperons pas à ces évolutions."

En savoir plus sur:

Nos partenaires