Comment rentabiliser votre blog ?

21/03/11 à 16:27 - Mise à jour à 16:27

Source: Trends-Tendances

S'il est rare de pouvoir vivre d'un blog, on peut néanmoins très bien arrondir ses fins de mois grâce à ce type de chroniques numériques. Quelques pistes efficaces, pour peu que les lecteurs soient au rendez-vous.

Comment rentabiliser votre blog ?

"Les blogs ne sont pas morts !", affirme Clo Willarts, auteur de The Conversity model. Making money with social media et directrice du département des médias sociaux de Sanoma, qui insiste : "Bien sûr, Facebook et Twitter prennent de plus en plus de place, mais les blogs ont toujours du succès. Et les moteurs de recherche adorent les blogs : ces derniers sont en effet mis à jour régulièrement et renvoient à leur tour vers d'autres blogs."

Les blogs sont donc en phase de transformation. Plus professionnels, ils sont organisés en véritables communautés de blogueurs spécialisés dans des domaines aussi variés que la cuisine, la mode, les nouvelles technologies ou la photographie. Car souvent, l'envie de bloguer naît d'une passion. "Je ne crois pas que la motivation principale du blogueur soit de gagner de l'argent, mais plutôt de partager un centre d'intérêt", observe Caroline Maerten, qui dirige l'unité des médias sociaux de Cleverwood, une entreprise de conseil en nouveaux médias. Mais les bénéfices éventuels sont souvent perçus comme une récompense méritée.

On peut rentabiliser un blog de différentes manières. Au final, il faudra néanmoins veiller à attirer un nombre important de lecteurs, à l'instar de n'importe quelle autre forme de journalisme. Car le gain financier n'est pas proportionnel au temps investi, mais au nombre de visites quotidiennes. "Il ne faut pas se faire d'illusion : pour rentabiliser un blog au point de pouvoir en vivre, il faut avoir un nombre de visiteurs colossal !", lance Olivier Beaujean, cofondateur de Cleverwood.

Revenus publicitaires

"La publicité constitue la source de revenus la plus évidente", estime Olivier Beaujean. Certains blogueurs traitent directement avec les annonceurs et fonctionnent grâce au sponsoring ou aux partenariats. Mais la plupart d'entre eux confient la gestion et la publication des annonces à des régies publicitaires. "Le processus est relativement facile à mettre en place, parce qu'il est automatisé : le blogueur reçoit des propositions de campagnes et a le choix de les accepter ou pas", détaille Olivier Beaujean. C'est le système utilisé par la journaliste Alexandra Vanthournout sur son blog, "Alex Loves". "Je commence à gagner de l'argent grâce à la publicité. J'espère pouvoir en faire mon métier d'ici quelques mois", confie-t-elle.

Des "posts" sponsorisés

Au delà de la publicité classique, les entreprises proposent aux blogueurs la rédaction de posts rémunérés, qui vantent les mérites de leurs produits et services. La rémunération est calculée en fonction du nombre de lecteurs et de la notoriété des blogueurs. "Je reçois 100 euros par post sponsorisé", explique Florence Manente, dite Kreature. "Mais, en Belgique, je sais que certains demandent jusqu'à 250 euros." Seule une partie des blogueurs se prête au jeu des publireportages. Alexandra Vanthournout, par exemple, s'en défend. "C'est inapproprié. Je veux garder un certain style et rester fidèle à mes valeurs", argumente-t-elle. Par souci d'honnêteté, la majorité des blogueurs indiquent d'ailleurs à leurs lecteurs quand il s'agit d'un message à caractère publicitaire. "Il existe une sorte d'éthique entre blogueurs : on doit le mentionner", insiste Florence Manente.

Affiliation et commission

Les plates-formes d'affiliation permettent également d'être rémunéré par les marques dont on a renseigné les produits. Le blogueur perçoit alors soit une rémunération fixe par clic, soit une rémunération, souvent variable et limitée dans le temps, sur les achats effectués en ligne par les internautes à la suite de leur visite sur le blog. "On me demandait tout le temps où acheter les tenues que je présentais sur mon blog", explique l'ex-mannequin Charlotte Collard. "Maintenant, j'indique des liens vers les boutiques en ligne où mes lectrices peuvent trouver les différents vêtements et accessoires que je sélectionne." Grâce à l'affiliation, elle perçoit une commission de 6 à 10 % sur tous les achats effectués par ses lecteurs sur les sites renseignés. Et ce, durant un mois. "Comme mon blog est axé sur le luxe, mes lectrices dépensent parfois jusqu'à 6.000 euros. La commission est donc intéressante."

Vente et revente en ligne

"Vendre des objets ou créations via un blog permet également de monter un petit business depuis son salon", ajoute Clo Willaerts. La blogueuse Letilor a par exemple ajouté une partie "vide dressing" à son blog. "Je me suis spécialisée dans la mode pour les femmes rondes. La notoriété que j'ai acquise grâce à mon blog me permet de revendre mes vêtements d'occasion. Les prix ne sont pas élevés, je gagne 350 euros par mois maximum par ce biais. Mais ça me permet de renouveler 60 % de ma garde-robe chaque saison." Mélanie Voituriez, passionnée de couture, a commencé à bloguer pour exposer ses créations. "Des clients potentiels se sont manifestés. J'ai donc commencé à mettre certaines choses en vente et à prendre des commandes. Je gagne 500 euros par mois, en moyenne."

Une vitrine

Mais les blogs génèrent également des revenus indirects. "En écrivant sur des sujets qui entrent dans votre champ de compétence, comme la photographie ou l'architecture, par exemple, vous pouvez toucher un public très large et prouver que vous êtes expert dans votre domaine", poursuit Clo Willaerts. "J'ai commencé à bloguer il y a un an environ, en m'installant à Londres", se souvient Alexandra Vanthournout. "Aujourd'hui, je vis un rêve : je suis invitée aux défilés de Chanel. Grâce à mon blog, j'ai construit un réseau de relations et je suis utile aux magazines belges pour lesquels je travaille." Charlotte Collard, qui s'est reconvertie dans la consultance en stylisme, se sert de son blog comme d'une vitrine : "Les gens peuvent voir comment je travaille, quels sont mes goûts, ma manière d'assembler des vêtements, etc. C'est une manière de me promouvoir."

Lara van Dievoet

Nos partenaires