Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

10/06/16 à 12:58 - Mise à jour à 12:57

'Comment éviter de se faire pirater l'esprit par la technologie'

Un collègue journaliste m'a fait découvrir Tristan Harris, un ingénieur informatique qui a quitté Google après avoir été leur... philosophe produit !

'Comment éviter de se faire pirater l'esprit par la technologie'

© istock

Bizarre comme fonction, mais pas tant que cela si on lit l'interview de Tristan Harris accordée à nos confrères du Nouvel Obs. Aujourd'hui, disons les choses brutalement, quelques personnes, américaines, presque toutes localisées autour de San Francisco, volent en quelque sorte des millions d'heures de la vie des gens du monde entier ! Ce que veut dire par là cet ingénieur, c'est que la technologie numérique pirate l'esprit des gens. Des réseaux sociaux, comme Facebook ou d'autres, nous manipulent pour nous faire perdre le plus de temps possible dans leurs interfaces.

En clair, Facebook a intérêt à ce qu'on passe notre temps sur son fil d'actualité toute la journée. Et pour arriver à cette fin, il nous détourne de notre intention initiale. Pour vérifier l'heure et le lieu du concert de ce soir, par exemple, nous sommes obligés de passer par le fil d'information - c'est ce qu'on appelle dans la Silicon Valley des stratégies de persuasion. Cet ex-ingénieur "repenti" nous explique que tout est fait pour que l'utilisateur n'ait pas de temps mort, pas de temps d'ennui. Autrement dit, si vous faites la queue quelque part, vous allez dégainer votre smartphone qui va tout de suite entrer en compétition avec la réalité, et il va gagner, car c'est une sorte de drogue. C'est exactement comme la télévision, mais en plus puissant, car un smartphone on l'emporte partout. Le danger, c'est que nous devenons à la longue de moins en moins patients avec la réalité, surtout quand celle-ci est ennuyeuse ou inconfortable. Et à chaque fois que la réalité ne nous plaît pas ou ne correspond pas à nos désirs, nous en revenons à nos écrans de smartphones !

Partager

Le numérique nous donne l'impression de choisir, mais en réalité, nous sommes conditionnés !

Prenez même un réseau social comme LinkedIn. A priori, voilà un réseau qui a pour but de nous trouver du travail ou de nous permettre de changer de job. En réalité, les ingénieurs de LinkedIn se posent plutôt la question de savoir comment faire en sorte que nous passions le plus de temps possible sur leur application !

En d'autres mots, le numérique nous donne l'impression de choisir, mais en réalité, nous sommes conditionnés à choisir ce que les entreprises de la Silicon Valley ont décidé que nous devions choisir.

En fait, toutes ces entreprises se battent pour capter notre attention, qu'elles transforment en publicité, bien entendu. Et cela va s'aggraver, d'après Tristan Harris, car il y a une véritable compétition entre les applications. C'est la raison pour laquelle il prône un label ou un design éthique pour ces applis, exactement comme le label bio pour les aliments, sauf qu'ici, ce serait un label intitulé 'Time Well Spent'. Ce label, on le donnerait aux applications "qui nous redonnent du pouvoir, au lieu de nous transformer en zombies boulimiques de notification et de flux d'infos".

En attendant, le mieux, propose-t-il, est de réduire le nombre de notifications, comme celle qui vous annonce qu'un e-mail est arrivé afin de ne pas perturber notre horloge interne. Ensuite, il faut réorganiser son écran d'accueil en réduisant le nombre d'icônes dessus. Les applis qui s'y trouvent doivent être des outils basiques dans lesquels on rentre et on sort: le calendrier, le GPS, etc. Donc, pas des applications qui vont nous embarquer là où nous ne voulons pas aller. En faisant cela, on éviter que ces applis nous volent une bonne partie de notre temps, et donc de notre vie.

En savoir plus sur:

Nos partenaires