Les dessous du tweet à un milliard de dollars d'Elon Musk, le CEO de Tesla Motors

08/06/15 à 14:30 - Mise à jour à 14:30

Source: Trends-Tendances

Le 30 mars dernier, le patron de Tesla Motors, Elon Musk, publiait un tweet qui allait faire augmenter la valorisation de son entreprise d'environ 1 milliard de dollars en quelques minutes seulement. Comment un simple tweet peut-il créer un tel effet ? Est-ce permis en Europe ? Eléments de réponse.

Les dessous du tweet à un milliard de dollars d'Elon Musk, le CEO de Tesla Motors

/ © Reuters

Le 30 mars dernier à 12h35, le patron de Tesla Motors, Elon Musk,a publié un message de 140 caractères sur la twittosphère sur le lancement le 30 avril d'un nouveau produit - autre qu'une voiture. Ce tweet - on sait aujourd'hui qu'il s'agissait de la présentation de sa batterie révolutionnaire Powewall - a fait s'affoler le cours de bourse de son entreprise. En quelques secondes à peine, l'action a bondi de près de 3%, soit une valorisation d'un milliard de dollars.

C'est que le milliardaire de seulement 43 ans qui est aussi derrière les entreprises Paypal (paiement en ligne) et SpaceX (lanceur de vaisseaux spatiaux) compte plus de 2 millions de followers sur Twitter, et parmi eux, de nombreux investisseurs qui suivent son actualité de près.

Le site français Contrepoints.org s'est procuré l'ensemble des tweets publiés le 30 mars 2015 avec le mot-clé "Tesla". Ils ont été mis en rapport avec le cours de bourse de l'action de l'entreprise minute après minute. Résultat : ce graphique détaillant le cours de l'action Tesla avant, pendant et après le tweet en question.

Les dessous du tweet à un milliard de dollars d'Elon Musk, le CEO de Tesla Motors

© DR

Le site français analyse la situation de la sorte. Avant 12h35 (heure US) et le tweet d'Elon Musk, il y avait chaque minute entre 0 et 5 tweets contenant le mot-clé "Tesla" (courbe rouge, échelle de gauche). Le cours de l'action Tesla oscillait depuis le début de la journée dans un intervalle entre 182 et 184 dollars (avec une baisse à l'ouverture). Quand Elon Musk annonce via Twitter qu'un nouveau produit sera dévoilé "dans un mois", quasi-instantanément, l'information est retweetée des centaines de fois (de 10 à 40 tweets par minute), et le cours de l'action Tesla s'affole : de 183,33 dollars à 12h35 avant le tweet de Musk à 188,62 dollras à 12h45 (soit une hausse de 2,88% en 10 minutes !). Le volume de tweets diminue ensuite petit à petit, en restant anormalement élevé jusqu'à la fermeture, et le cours de l'action Tesla se stabilise autour de 191$ avec tout de même une forte volatilité. Cette analyse minute par minute permet aussi de penser que l'annonce d'Elon Musk n'avait pas été anticipée par le marché et que l'information n'avait pas "fuitée".

Peut-on diffuser des informations sensibles uniquement sur Twitter ?

Une autre question que les analystes se posent est de savoir si ce genre de communication est légale via les réseaux sociaux? En avril 2013, la Security Exchange Commission (le "gendarme" de la bourse aux États-Unis) a clarifié sa position à ce sujet en annonçant que les entreprises cotées sur le marché américain pouvaient utiliser les réseaux sociaux dans le cadre de leur communication financière (information primaire), à condition que les investisseurs soient avertis et que le compte Twitter utilisé pour diffuser de l'information soit clairement défini, détaille le site Contrepoints.org. Du côté légal, il n'y aurait donc aucun problème : Tesla Motors a en effet bien respecté la régulation "Fair Disclosure" en remplissant un formulaire 8-K annonçant clairement les différents canaux de diffusion de l'information, et plus précisément que des informations pouvaient être diffusées sur Twitter via le compte personnel d'Elon Musk et le compte officiel de Tesla Motors.

Et en Europe, peut-on diffuser une telle information sensible via les réseaux sociaux? Sur le Vieux Continent, les réseaux sociaux ne peuvent être un vecteur premier de diffusion de l'information réglementée. L'Autorité des Marchés Financiers (AMF - le "gendarme" de la bourse en France) a récemment confirmé sa position en indiquant que les réseaux sociaux ne peuvent être utilisés que si l'information a préalablement fait l'objet d'un communiqué.

En savoir plus sur:

Nos partenaires