La liste des entreprises belges qui ont profité du régime fiscal décrié par l'Europe s'allonge

27/01/16 à 10:18 - Mise à jour à 10:27

Source: Belga

Omega Pharma, Proximus, Ontex ou encore le groupe Kinepolis sont parmi les entreprises belges qui auraient profité du régime fiscal d'exonération des bénéfices excédentaires, déclaré illégal par la Commission européenne il y a deux semaines, rapportent mardi L'Écho, Le Soir et De Standaard.

La liste des entreprises belges qui ont profité du régime fiscal décrié par l'Europe s'allonge

Carlos Brito, chief executive of Anheuser-Busch InBev © REUTERS

Au total, ce sont 35 entreprises qui ont profité du système, pour un bénéfice excédentaire total d'environ 2 milliards d'euros.

Début janvier, la Commission européenne sommait la Belgique de récupérer quelque 700 millions d'euros auprès de 35 entreprises multinationales ayant bénéficié du régime "Excess profit rulings", déclaré illégal.

Des grands noms figurant sur cette liste d'entreprises avaient déjà été publiés dans la presse, comme AB Inbev, Proximus, ou le Suédois Atlas Copco. Cette fois la liste s'allonge de quelques autres sociétés belges dont Ontex, actif dans des produits d'hygiène jetables pour les enfants et les adultes, avec un bénéfice excédentaire de 31,4 millions d'euros en 2011-2016.

La société indique mercredi ne pas s'attendre à devoir rembourser quelque somme que ce soit pour la période 2011-2014 et juge que l'impact de cette décision sur 2015 sera nul. Elle ignore encore l'impact qu'elle aura sur l'exercice 2016 si l'Etat belge ne fait pas appel.

D'autres entreprises belges telles qu'Omega Pharma International (bénéfice excédentaire de 2,9 millions), ou encore le groupe Kinepolis (bénéfice excédentaire de 12,3 millions en 2012-2016) ont, elles aussi, tiré profit du régime, rapporte L'Echo.

Bénéfice non taxé de 293 millions d'euros pour AB InBev

Dans le détail, c'est le Suédois Atlas Copco qui devrait rembourser le plus "d'aides". Sur la base d'un accord portant sur la période 2011-2015, l'industriel a dégagé un bénéfice excédentaire de 517 millions d'euros. Le groupe a annoncé mi-janvier avoir fait une provision de 300 millions pour faire face à un potentiel remboursement. Cependant, le patron belge d'Atlas Copco a également dit envisager de faire appel de la décision européenne.

En deuxième position, le brasseur belgo-brésilien AB InBev a engrangé un bénéfice non taxé de 293 millions d'euros, tandis que le groupe chimique BP a dégagé 164 millions d'euros de bénéfice excédentaire.

Viennent ensuite la chaîne de prêt-à-porter Celio International (127 millions), Wabco (126 millions) et BASF (110 millions). Sous la barre des 100 millions, se trouvent enfin les 29 dernières entreprises: Proximus (via sa filiale BICS), St Jude Medical, VF Europe, Pfizer Animal Health, Flir Systems Trading, Eval Europe, Capsugel Belgium, Chep Equipment Pooling, Ontex, LMS International, Soudal, Tekelec Int., The Heating Company, Cow Corning Europe, Kinepolis Group, Bridgestone Europe, Puratos, Noble Int. Europe, Esko Graphics, Trane, Knauf Insulation, Delta Light, Evonik Oxena Antwerp, Lucias, Omega Pharma, Magnetrol, Punch Powertrain, Nomacorc et Mayekawa Europe.

En savoir plus sur:

Nos partenaires