Google à l'assaut de l'infiniment "petit" pour diagnostiquer des maladies

29/10/14 à 12:09 - Mise à jour à 12:09

Source: L'express

On savait que le géant américain, Google, ratissait large et s'intéressait à des domaines très variés. Le dernier en date ? Celui des nanoparticules. Aujourd'hui, Google parie sur ces minuscules particules pour aider à diagnostiquer les maladies.

Google à l'assaut de l'infiniment "petit" pour diagnostiquer des maladies

© REUTERS

"Les nanoparticules pourraient être ingérées sous la forme de comprimés afin de pénétrer dans le sang. Elles seraient conçues pour repérer et se fixer sur un type particulier de cellules, comme les cellules tumorales", explique le groupe. Selon l'Expansion, Google veut ainsi étudier le potentiel de ces particules pour détecter les cellules tumorales ou à mesurer des changements progressifs d'éléments présents dans le sang comme un excès de sodium. Mais l'espoir de diagnostic ne se limite pas au cancer, Google espère également que cette technique puisse "déceler les enzymes secrétées par des plaques artérielles sur le point de se rompre et de provoquer une crise cardiaque ou un AVC".

Un diagnostic pourrait ensuite être réalisé en associant ces nanoparticules "à un objet connecté équipé de capteurs spéciaux". Google dit étudier pour cela différentes techniques de transmission non-invasives, comme les ondes radio ou lumineuses, souligne encore le site de L'Expansion. Cela permettrait "d'aider les médecins à détecter les maladies dès leurs prémices".

"Nous proposerons la technologie sous contrat de licence à des partenaires, afin qu'ils développent des produits dont l'efficacité et la sécurité pourront être testées lors d'essais cliniques", indique encore le groupe américain.

En savoir plus sur:

Nos partenaires