Diesel : "Une fois de plus, le lobby des constructeurs auto l'a emporté sur l'intérêt des citoyens"

29/10/15 à 12:07 - Mise à jour à 12:07

Source: Trends-Tendances

L'Union européenne a décidé d'assouplir les seuils d'émission de diesel, malgré le scandale Volkswagen. "Sidérant et inacceptable !" pour une coalition emmenée par Test-Achats : "Les responsables politiques n'ont toujours pas compris et continuent à faire passer les intérêts du lobby automobile avant ceux des citoyens européens."

Diesel : "Une fois de plus, le lobby des constructeurs auto l'a emporté sur l'intérêt des citoyens"

© iStock

L'Union européenne a décidé de rehausser les seuils d'émission de six polluants-clés, selon des propositions de la Commission européenne approuvées par le Parlement européen mercredi. Parmi ces polluants, citons le NOx (oxydes d'azote), les particules fines et le dioxyde de soufre. La pollution atmosphérique est responsable d'environ 400.000 décès prématurés dans l'UE chaque année, et les propositions pourraient faire économiser jusqu'à 40 milliards d'euros parmi les coûts de pollution aérienne d'ici 2030, écrit le Parlement dans un communiqué.

"La pollution atmosphérique engendre d'énormes coûts humains et économiques", a déclaré Julie Girling, la députée en charge du dossier. "Elle cause également des dommages à l'environnement, par l'eutrophisation et les dépôts acides, et ne se limite pas aux frontières des États membres de l'UE. Cette loi aidera tous les niveaux de gouvernance dans les États membres, y compris les autorités régionales et sous-régionales qui se sont engagées avec tant de vigueur dans le processus. Il y a une réelle demande du bas vers le haut pour l'action."

"Mon rapport pousse également la Commission à assurer que la procédure de tests des émissions en conditions réelles soit approuvée dès que possible. Nous sommes tous d'accord pour dire que les NOx doivent être traités de toute urgence. Le public demande des mesures dans ce domaine après les récentes révélations sur l'industrie automobile", a-t-elle conclu.

L'Europe défend ses plafonds "plus ambitieux" en matière de polluants

Les députés ont établi des plafonds pour le dioxyde de soufre (SO2), les oxydes d'azote (NOx), les composés organiques volatiles non méthaniques (COVNM), le méthane (CH4), l'ammoniac (NH3), et les particules fines (PM, moins de 2,5 micromètres), à atteindre d'ici 2020 et 2030, comme proposé par la Commission.

Du côté des émissions des voitures, la Commission et les États membres "doivent immédiatement se mettre d'accord sur la nouvelle proposition de règlement sur les émissions en conditions réelles (RDE) actuellement à l'étude, afin d'assurer que toutes les politiques de l'Union pour la réduction à la source de pollution atmosphérique soient adaptées à leur finalité", estiment encore les députés.

Prochaine étape : les députés entameront des négociations avec le Conseil des ministres en vue de parvenir à un accord en première lecture.

Accord des États membres sur le dépassement des normes d'émission NOx : "Sidérant et inacceptable !" pour Test-Achats

Alors qu'un signal fort est attendu de la part des États membres contraignant les constructeurs automobiles à effectivement respecter les normes d'émission en conditions réelles, ces mêmes États membres acceptent au contraire un large dépassement des normes NOx de 110% à partir de 2017 et de 50% à partir de 2021. "Tout simplement sidérant et inacceptable", dénoncent dans la foulée Test-Achats, Bond Beter Leefmilieu/Inter-Environnement Wallonie, Kom op tegen Kanker en Netwerk Duurzame Mobiliteit.

Les associations dénoncent le fait que "les responsables politiques n'ont toujours pas compris et continuent à faire passer les intérêts du lobby automobile avant ceux des citoyens européens". Et appellent le Parlement européen à rejeter cet accord.

En début de semaine, cette coalition d'organisations de consommateurs, environnementales et de santé avaient appelé les responsables politiques à "enfin être ambitieux et à ne plus céder aux pressions du lobby du secteur automobile". "Si le Dieselgate a montré une chose, c'est qu'il est plus que temps de faire place aux voitures plus propres et 'honnêtes'. Tous les véhicules qui sont mis en circulation en Belgique doivent atteindre aussi vite que possible les normes d'émission et de consommation en conditions réelles."

"Une fois de plus, le lobby des constructeurs automobiles l'a emporté sur l'intérêt des citoyens européens"

La décision prise aujourd'hui par les États membres - "plus que décevante" : "tout simplement inacceptable" - est "encore pire que celle proposée par la Commission européenne, qui permettait déjà de dépasser la norme de 60% entre 2017 et 2019, et de 20% après 2019".

"Une fois de plus, le lobby des constructeurs automobiles l'a emporté sur l'intérêt des citoyens européens, de l'environnement et de la santé publique. Pourquoi devrions-nous continuer à tolérer des diesels polluants sur nos routes alors que des alternatives existent bel et bien ? Les moteurs au gaz naturel, électriques ou même à essence respectent bien la norme. La technologie existe pour les moteurs diesel, mais certains producteurs ne veulent pas consentir les efforts financiers nécessaires."

Nos partenaires