Comment les dégoûtés de la politique secouent aussi le monde économique

Le système politique laisse de plus en plus de citoyens indifférents, voire carrément dégoûtés. Ces PRAF (plus rien à faire) représentent déjà un petit tiers de la population et secouent le paysage politique. Mais ils sont aussi à la naissance de nouveaux comportements de consommation et de travail. Cette révolution silencieuse est en train de changer nos vies.

"Qui n'a pas soupiré, de lassitude ou d'ennui, en écoutant l'invité politique d'une grande émission ? Eprouvé ce sentiment de déjà-vu, d'usure, de jeux maintes fois répétés et dont les ficelles sont si vite repérées ? Qui ne s'est pas dit, au moins une fois dans sa vie et de plus en plus souvent ces dernières années : 'Plus rien à faire de tout cela' ? " Ce sont là les premiers symptômes du PRAF, un acronyme mis en exergue par le directeur général de l'institut de sondage Ipsos, Brice Teinturier, pour décrire ces gens, de plus en plus nombreux, que la politique indiffère voire dégoûte. Ces PRAF - pour " Plus rien à faire " ou, dans la version radicalisée, " Plus rien à foutre " - représenteraient 29 % de la population française et sans doute à peu près autant dans les autres démocraties occidentales.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires