Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

28/11/12 à 09:23 - Mise à jour à 09:23

Comment l'occident a signé un pacte diabolique avec la Chine

Je vous avais expliqué ici même qu'une des raisons de notre chômage et donc de la pauvreté d'une partie de notre population était le résultat d'une sous-évaluation de la monnaie chinoise, ce qui permettait à ce pays de prélever une sorte d'impôt de 150 milliards d'euros sur l'Europe, 150 milliards qui se traduisent par moins de croissance et donc moins d'emplois en Europe.

Je vous avais expliqué ici même qu'une des raisons de notre chômage et donc de la pauvreté d'une partie de notre population était le résultat d'une sous-évaluation de la monnaie chinoise, ce qui permettait à ce pays de prélever une sorte d'impôt de 150 milliards d'euros sur l'Europe, 150 milliards qui se traduisent par moins de croissance et donc moins d'emplois en Europe.

Mais, direz-vous, la Chine est en train de s'enrichir et donc, ce pays finira bien par nous importer davantage qu'il ne le fait aujourd'hui et notamment des produits haut de gamme que la Chine ne sait pas fabriquer. Donc, dans les années qui viennent, l'Europe va récupérer les emplois qu'elle a perdus depuis 15 ou 20 ans au profit de la Chine !

Rien n'est moins certain, pas à cause de la Chine, mais à cause des entreprises occidentales qui travaillent avec la Chine. Pourquoi ? Parce que - selon l'économiste Henri de Bodinat (lire les "Les 7 plaies du capitalisme") - ces entreprises occidentales ont noué un pacte diabolique avec la Chine pour pouvoir vendre leurs produits technologiques à la Chine, ces entreprises ont accepté l'inacceptable c'est-à-dire de transférer leur savoir-faire technologique. C'était d'ailleurs même la condition pour que la Chine accepte de leur acheter des trains à grande vitesse, des avions Airbus ou des centrales nucléaires !

Et donc, vu que ces multinationales occidentales sont appâtées par le gain à court terme, l'occident a livré sans trop discuter son savoir-faire technologique à la Chine. Dans le matériel ferroviaire, par exemple, des firmes comme Alstom ou Siemens ont vendu des TGV. Grâce au transfert de technologie qui était lié à ses ventes, la Chine a ainsi pu construire elle-même des TGV, lui permettant de devenir notre concurrent sur d'autres marchés. En conclusion, à cause de ce pacte diabolique - "des ventes contre des transferts de technologie" - la Chine a troqué son statut de client pour celui de concurrent. Grâce à cette complicité avec des multinationales occidentales, la Chine pourra maintenir ses excédents commerciaux. Rien ne change, la Chine maintiendra indirectement notre taux de chômage à un niveau élevé.

Nos partenaires