Amid Faljaoui
Amid Faljaoui
Retrouvez l'éditorial d'Amid Faljaoui, directeur général de Trends-Tendances.
Opinion

13/11/14 à 13:11 - Mise à jour à 13:10

Votre argent cash protège la démocratie

Vous aimez le cash ? Vous aimez payer en liquides ? Eh bien, vous avez tort, si l'on en croit la plupart des gouvernements, y compris le gouvernement belge, qui ont voté depuis plusieurs années des lois pour vous empêcher de le faire, du moins pas au-dessus d'un certain montant.

Votre argent cash protège la démocratie

/ © Reuters

Officiellement, c'est pour lutter contre la fraude et l'argent noir. C'est vrai qu'aujourd'hui, la société de consommation nous pousse à payer la plupart de nos achats avec des cartes de débit ou de crédit. Donc, sans trop réfléchir, ce genre de discours anti-cash ne nous choque plus. Mais nous avons tort !

Le cash est une représentation de notre liberté, voire même de notre démocratie, qui risque de disparaître un de ces jours sans crier gare. Quel rapport direz-vous entre la démocratie et le fait que je puisse ou non utiliser à ma guise du cash, y compris pour le planquer sous mon matelas si j'en ai envie. Eh bien, justement, il arrivera un jour où vous ne pourrez plus le planquer sous votre matelas.

Pourquoi ? Parce que plusieurs économistes, et non des moindres, ont déjà suggéré aux Banques centrales de tout faire pour supprimer le cash chez les particuliers. En effet, les taux d'intérêt sont quasi à zéro pour cent pour relancer nos économies, mais malgré cela, les citoyens refusent de consommer davantage et préfèrent au contraire épargner. Donc, selon ces économistes, la seule manière, de relancer nos économies, c'est de forcer les citoyens à consommer davantage, via des taux d'intérêt négatifs sur vos comptes d'épargne. Si des taux négatifs devaient être mis en place aujourd'hui, les citoyens seraient obligés de sortir leurs avoirs des banques pour ne pas devoir payer un taux négatif !

Partager

Si un jour on vous vend l'idée que supprimer le cash, c'est supprimer l'économie au noir. Un conseil, ne les croyez pas

Si la Banque centrale européenne ne descend pas ses taux en dessous de zéro pour cent, c'est uniquement parce que le cash existe encore. Si les taux d'intérêt étaient négatifs, les épargnants retireraient aussitôt leur argent des banques. Mais si demain, ou après-demain, d'une manière ou d'une autre, nos gouvernements interdisent le cash, alors il sera possible d'imposer un taux d'intérêt négatif sur nos comptes d'épargne. Il nous sera techniquement impossible de sortir de l'argent virtuel, donc nous serions obligés de consommer au lieu de conserver des comptes bancaires coûteux.

En clair, ce que disent ces économistes influents, dont beaucoup sont américains, c'est que la relance économique passe par la suppression en catimini du cash. Pour les uns, c'est une bonne idée si c'est le prix à payer pour relancer l'économie. Pour les autres, c'est la fin de notre liberté. Mais je vous rassure, si un jour une telle idée devait se concrétiser, on nous la vendra en disant que supprimer le cash, c'est supprimer l'économie au noir et l'économie criminelle. Un conseil, ne les croyez pas.

En savoir plus sur:

Nos partenaires