Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

10/07/15 à 15:56 - Mise à jour à 15:56

Les mesures 'aberrantes' de la Chine pour empêcher un krach boursier

À force de ne parler que de la Grèce, dont finalement nous ne savons que très peu de choses des véritables négociations, nous en viendrions à perdre de vue qu'en Chine, la Grèce n'est pas leur préoccupation majeure, mais bien la Bourse !

Les mesures 'aberrantes' de la Chine pour empêcher un krach boursier

© Reuters

La Bourse a attiré énormément de particuliers chinois - on parle de plus de 90 millions de boursicoteurs, soit un peu plus que les 88 millions de membres du parti communiste chinois - et le pire, c'est que ces boursicoteurs ont été incités à investir en Bourse par le gouvernement. Puisque l'immobilier local allait mal, c'était une manière de laisser les Chinois s'enrichir pour compenser la baisse de la croissance du pays. D'ailleurs, la Bourse s'est littéralement transformée en casino et avait gagné en quelques mois seulement plus de 150% de gains !

Et puis, patatras. Comme toujours, on redécouvre brutalement que les "arbres ne grimpent pas jusqu'au ciel". La Bourse chinoise vient en effet de perdre en trois semaines plus de 30%. Par rapport à une hausse de 150%, n'importe quel analyste considérerait cela comme une correction salutaire. N'importe quel analyste, mais par le gouvernement chinois.

Partager

Avec ses mesures-chocs, la Chine fait en toute transparence ce que nos Banques centrales font de manière déguisée

Depuis plusieurs jours, Pékin fait tout, je dis bien tout, pour empêcher la Bourse chinoise de baisser. Le gouvernement a d'abord abaissé les taux d'intérêt. Ensuite, il a permis aux citoyens chinois de mettre en gage leur immobilier. Puis, il a demandé - pour ne pas dire "exiger" - que des investisseurs s'engagent à récolter des fonds et à acheter des actions pour soutenir leurs cours. Et Pékin vient encore de frapper fort en demandant aux gros intervenants en Bourse - généralement des sociétés qui dépendent du gouvernement - de ne pas vendre leurs actions pendant une durée de 6 mois.

Bref, le gouvernement chinois démontre qu'il aime la Bourse, uniquement si elle grimpe. Et si elle baisse, et abîme donc les plans gouvernementaux, alors, c'est la manière forte !

Pour un Occidental, pareille attitude qui consiste à manipuler la Bourse semble complètement aberrante. Mais en réalité, le gouvernement chinois fait en toute transparence ce que font de manière déguisée les banques centrales occidentales. Aux États-Unis, en Grande-Bretagne, au Japon et en Europe, la Bourse est également manipulée par nos banques centrales. Et si la Bourse n'a fait que grimper dans ces pays, c'est aussi parce que les autorités monétaires ont fait en sorte que le marché des actions soit la seule alternative possible aux taux d'intérêt maintenus artificiellement proche de zéro pour cent. On peut donc ironiser sur la Chine qui veut empêcher les paniques en Bourse, mais faisons-nous autrement ? Pouvons-nous vraiment leur faire la leçon ?

En savoir plus sur:

Nos partenaires