La Grèce perd des millions à cause des "paradis fiscaux" européens

02/04/15 à 12:08 - Mise à jour à 12:08

Source: Belga

"Les Pays-Bas, le Luxembourg et Chypre sont utilisés comme paradis fiscaux pour les entreprises opérant en Grèce", dénonce l'ONG néerlandaise SOMO.

La Grèce perd des millions à cause des "paradis fiscaux" européens

/ © Reuters

Des multinationales opérant en Grèce échappent en partie à l'impôt grâce à des domiciliations dans des pays à la fiscalité avantageuse, a dénoncé mercredi un rapport de l'ONG néerlandaise SOMO, citant le cas d'une minière canadienne.

"Une analyse des positions bilatérales d'investissement de la Grèce montre que les Pays-Bas, comme le Luxembourg et Chypre, sont utilisés comme des paradis fiscaux pour les entreprises opérant en Grèce", affirme l'ONG dans un rapport présenté à Athènes.

La rapport s'appuie sur une analyse des investissements directs à l'étranger, lesquels montrent que pour la Grèce, mais aussi l'Italie, l'Espagne et le Portugal, l'optimisation fiscale via d'autres pays de l'Union européenne "s'est amplifiée depuis le début de la crise en 2007 pour éviter les hausses d'impôts visant à enrayer les déficits publics des Etats".

Concernant les Pays-Bas, au régime fiscalement avantageux pour les holdings, "près de 80% des investissements directs" de ce pays vers la Grèce passent par des simples "boîtes aux lettres", c'est à dire des entreprises n'ayant pas d'activité réelle, selon SOMO qui s'est basée sur les données du FMI et de l'OCDE.

Le cas de la société canadienne Eldorado Gold est emblématique de ces pratiques, affirme l'ONG. Celle-ci dirige un projet d'exploitation minière, notamment pour l'extraction d'or, dans la région de Chalcidique (Nord), près de Thessalonique.

Toutes les filiales de la compagnie aux Pays-Bas, "liées au paradis fiscal de la Barbade", n'ont pas d'employés, "sauf une", tout en détenant des avoirs de deux milliards d'euros.

En Grèce, c'est "Hellas Gold", la filiale d'Eldorado Gold, qui se finance en émettant des obligations achetées par ces filiales néerlandaises, "dont deux sont financées par des prêts de la filiale de la Barbade", selon SOMO. Résultat : 1,7 milliard d'euros d'impôts sur cette société ont échappé à la Grèce en cinq ans, affirme le rapport.

Ces données devraient créer pour les Etats concernés "un sentiment d'urgence", a fortiori quand ils se voient contraints de mettre en oeuvre des politiques d'austérité draconiennes pour redresser leurs finances publiques, commente l'ONG.

Sur le plan environnemental, le projet d'Eldorado Gold, l'un des plus importants investissements étrangers en Grèce, alimente depuis des années la résistance, régulièrement assortie d'affrontements avec les forces de l'ordre, d'une partie des habitants, tandis qu'une autre partie soutient le projet et les emplois créés.

Le gouvernement grec de gauche radicale, opposé aux mines d'or, a entrepris de passer en revue les autorisations accordées par les gouvernements précédents.

Nos partenaires