Chaque année, Euronext Brussels décerne des awards à des institutions financières et des entreprises cotées en Bourse, actives sur le marché des capitaux en obligations et equity. Et notamment dans l'accompagnement d'entreprises lors d'une augmentation de capital ou lors d'une entrée en Bourse dans l'optique d'un renforcement de leurs fonds propres (equity). Reste que ces entreprises - de même d'ailleurs que des pouvoirs publics, villes, communes, écoles supérieures et universités - peuvent également émettre des obligations pour récolter des fonds auprès d'investisseurs institutionnels ou particuliers.

Pourquoi des obligations?

Il n'y a pas de réponse précise à la question de savoir pourquoi l'émission d'obligations se révèle avantageuse. Sofie De Loecker: "Plusieurs raisons peuvent être invoquées: diversification des sources de financement, prix plus avantageux, etc. Cela dépend beaucoup du profil (de risque) de l'entreprise ou de l'émetteur (semi-)public, du montant des besoins en financement, de l'encours des crédits auprès des banques, des taux réels, des objectifs de l'entreprise, etc."

Sofie De Loecker, Head of Capital Markets Services chez Belfius: "Nous osons expliquer à nos clients ce qui n'est pas réalisable."

"Souvent, l'entreprise souhaite ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier et éviter de flirter avec les limites de ses capacités d'emprunt auprès des banques. De même, la durée et la flexibilité désirées sont déterminantes, par exemple lorsque l'on souhaite, dans le cadre d'un programme d'obligations, profiter rapidement d'une opportunité. "

Se constituer un mix

"Notre conseil est de se constituer un mix étendu, couvrant plusieurs instruments de financement et durées, selon le principe des vases communicants. Et surtout, d'étudier soigneusement au préalable l'ensemble des pistes et des avantages et inconvénients avec nos spécialistes. Une émission obligataire n'est d'ailleurs pas forcément intéressante pour toute entreprise ou entité (semi-) publique."

Notre relation positive et spécifique avec Belfius se complète par des rendez-vous réguliers. Sébastien Yerna, Directeur général, Direction générale du Budget et des Finances, Fédération Wallonie Bruxelles

"Ces quatre dernières années, nous avons connu une progression constante dans l'émission d'obligations auprès de nos clients", ajoute Sofie De Loecker. "Ce succès s'explique par le fait que nous réfléchissons avec eux et que nous privilégions les solutions à long terme plutôt que le bénéfice purement financier à court terme. Nous osons expliquer à nos clients ce qui n'est pas réalisable. Ou leur présenter une autre forme de financement en fonction d'objectifs ou de durées différents."

"L'émission obligataire doit s'inscrire dans la stratégie financière et commerciale du client. Il s'agit d'une approche personnalisée où le client est toujours central. Les personnes intéressées peuvent prendre contact avec leur banquier ou directement avec l'équipe Belfius Debt Capital Markets pour une analyse de faisabilité."

Chaque année, Euronext Brussels décerne des awards à des institutions financières et des entreprises cotées en Bourse, actives sur le marché des capitaux en obligations et equity. Et notamment dans l'accompagnement d'entreprises lors d'une augmentation de capital ou lors d'une entrée en Bourse dans l'optique d'un renforcement de leurs fonds propres (equity). Reste que ces entreprises - de même d'ailleurs que des pouvoirs publics, villes, communes, écoles supérieures et universités - peuvent également émettre des obligations pour récolter des fonds auprès d'investisseurs institutionnels ou particuliers.Pourquoi des obligations?Il n'y a pas de réponse précise à la question de savoir pourquoi l'émission d'obligations se révèle avantageuse. Sofie De Loecker: "Plusieurs raisons peuvent être invoquées: diversification des sources de financement, prix plus avantageux, etc. Cela dépend beaucoup du profil (de risque) de l'entreprise ou de l'émetteur (semi-)public, du montant des besoins en financement, de l'encours des crédits auprès des banques, des taux réels, des objectifs de l'entreprise, etc.""Souvent, l'entreprise souhaite ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier et éviter de flirter avec les limites de ses capacités d'emprunt auprès des banques. De même, la durée et la flexibilité désirées sont déterminantes, par exemple lorsque l'on souhaite, dans le cadre d'un programme d'obligations, profiter rapidement d'une opportunité. "Se constituer un mix"Notre conseil est de se constituer un mix étendu, couvrant plusieurs instruments de financement et durées, selon le principe des vases communicants. Et surtout, d'étudier soigneusement au préalable l'ensemble des pistes et des avantages et inconvénients avec nos spécialistes. Une émission obligataire n'est d'ailleurs pas forcément intéressante pour toute entreprise ou entité (semi-) publique.""Ces quatre dernières années, nous avons connu une progression constante dans l'émission d'obligations auprès de nos clients", ajoute Sofie De Loecker. "Ce succès s'explique par le fait que nous réfléchissons avec eux et que nous privilégions les solutions à long terme plutôt que le bénéfice purement financier à court terme. Nous osons expliquer à nos clients ce qui n'est pas réalisable. Ou leur présenter une autre forme de financement en fonction d'objectifs ou de durées différents.""L'émission obligataire doit s'inscrire dans la stratégie financière et commerciale du client. Il s'agit d'une approche personnalisée où le client est toujours central. Les personnes intéressées peuvent prendre contact avec leur banquier ou directement avec l'équipe Belfius Debt Capital Markets pour une analyse de faisabilité."