Bpost : un préavis de grève couvrant « toutes les actions qui ne tarderont pas à éclater »

© DR

La CSC-Transcom a déposé, jeudi en fin de matinée, un préavis couvrant « toutes les actions qui ne tarderont pas à éclater » au sein de bpost. Elle boycottera également, « jusqu’à nouvel ordre », toutes les réunions prévues avec la direction, a annoncé André Blaise, responsable du syndicat chrétien pour le secteur postal.

« Trop, c’est trop », a-t-il déclaré en pointant notamment la mise en place du plan Alpha, qui prévoit l’évaluation de 3.500 postes de support au sein de bpost et qui pourrait conduire, selon la CSC, à la suppression de « centaines d’emplois avec, fait nouveau, de très nombreux licenciements secs ».

Par ailleurs, « des postiers contractuels, même gravement malades, reçoivent quotidiennement leur C4. Aujourd’hui-même, 3 postiers ont été licenciés. Même le secteur privé n’agit pas comme ça », a poursuivi André Blaise selon qui l’entreprise publique envisage également « d’élargir – par l’intermédiaire de ses filiales – le recours à des indépendants pour assurer certaines tâches », dont la distribution des paquets durant le week-end.

« Bpost est en outre en train d’étendre le système des points de transit, d’où les facteurs débuteront leurs tournées à l’avenir. Or, les normes d’hygiène et de sécurité n’y sont pas toujours rencontrées », a encore regretté le responsable de la CSC.

« En agissant de la sorte, bpost a une bien drôle de façon de remercier ses postiers qui, depuis des années, sont confrontés à de multiples restructurations », a-t-il ajouté.

Enfin, une réunion entre les syndicats chrétien et socialiste doit avoir lieu mardi. Les mesures gouvernementales touchant bpost devraient y être abordées et une position commune francophone pourrait être définie.

Partner Content