La grève du zèle menée vendredi par la police fédérale à l'aéroport de Zaventem entraînait, en matinée, jusqu'à une heure et dix minutes d'attente supplémentaire. Pour permettre aux voyageurs et voyageuses de tout de même attraper leur avion, les compagnies décollent avec du retard, a précisé Nathalie Pierard, porte-parole de Brussels Airport.

Une action similaire est également en cours à l'aéroport de Charleroi, alors que le congé d'automne et son balai de vacanciers vont débuter. Les syndicats de la police fédérale dénoncent des négociations salariales au point mort et les économies que le gouvernement fédéral entend appliquer au budget de la police. Le manque de personnel est également source de mécontentement, tandis que la police ne dispose pas de suffisamment de temps pour vérifier les documents d'identité, pointent les représentants syndicaux.

Depuis 05h30, les grévistes zélés contrôlent méticuleusement les documents d'identité des passagers et passagères qui ont pour destination un pays situé en dehors de l'espace Schengen. Cette application au travail provoque plus d'une heure d'attente aux contrôles.

Si l'action est actuellement limitée à la zone hors Schengen, les 26 États et territoires européens situés dans l'espace Schengen pourraient eux aussi être affectés au cours de la journée. "Nous conseillons donc à tous les voyageurs et voyageuses d'arriver bien à l'avance à l'aéroport", souligne Mme Pierard. Une cinquantaine de délégués syndicaux (NSPV/SNPS, ACOD/CGSP, CSC et SLFP) étaient également présents dans le hall des départs de l'aéroport.

La grève du zèle menée vendredi à l'aéroport de Charleroi (BSCA) par la police fédérale provoquait dans la matinée des files de voitures à l'un des ronds-points d'accès et de passagers devant le contrôle frontières de l'aéroport. En conséquence, plusieurs dizaines de voyageurs et voyageuses ont raté leur vol, selon un porte-parole de BSCA.

Des grévistes se sont placés vendredi matin à hauteur d'un rond-point menant à la zone aéroportuaire, ralentissant l'accès des voyageurs et voyageuses à celle-ci. Des blocages sont également apparus devant le contrôle frontières. Les policiers qui y travaillent habituellement n'y sont présents qu'en nombre réduit.

Cela ralentit fortement les opérations de vérification des documents pour les passagers et passagères entrant ou sortant de l'espace Schengen. "Nous tentons de prioriser au maximum le passage des voyageurs" en cette veille de congé d'automne, a indiqué le porte-parole de BSCA. Plusieurs dizaines de passagers n'ont toutefois pas pu prendre leur vol comme prévu vendredi matin. "Nous recommandons aux voyageurs et voyageuses de venir à l'aéroport longtemps à l'avance", a ajouté le porte-parole.

La grève du zèle menée vendredi par la police fédérale à l'aéroport de Zaventem entraînait, en matinée, jusqu'à une heure et dix minutes d'attente supplémentaire. Pour permettre aux voyageurs et voyageuses de tout de même attraper leur avion, les compagnies décollent avec du retard, a précisé Nathalie Pierard, porte-parole de Brussels Airport.Une action similaire est également en cours à l'aéroport de Charleroi, alors que le congé d'automne et son balai de vacanciers vont débuter. Les syndicats de la police fédérale dénoncent des négociations salariales au point mort et les économies que le gouvernement fédéral entend appliquer au budget de la police. Le manque de personnel est également source de mécontentement, tandis que la police ne dispose pas de suffisamment de temps pour vérifier les documents d'identité, pointent les représentants syndicaux. Depuis 05h30, les grévistes zélés contrôlent méticuleusement les documents d'identité des passagers et passagères qui ont pour destination un pays situé en dehors de l'espace Schengen. Cette application au travail provoque plus d'une heure d'attente aux contrôles. Si l'action est actuellement limitée à la zone hors Schengen, les 26 États et territoires européens situés dans l'espace Schengen pourraient eux aussi être affectés au cours de la journée. "Nous conseillons donc à tous les voyageurs et voyageuses d'arriver bien à l'avance à l'aéroport", souligne Mme Pierard. Une cinquantaine de délégués syndicaux (NSPV/SNPS, ACOD/CGSP, CSC et SLFP) étaient également présents dans le hall des départs de l'aéroport. La grève du zèle menée vendredi à l'aéroport de Charleroi (BSCA) par la police fédérale provoquait dans la matinée des files de voitures à l'un des ronds-points d'accès et de passagers devant le contrôle frontières de l'aéroport. En conséquence, plusieurs dizaines de voyageurs et voyageuses ont raté leur vol, selon un porte-parole de BSCA. Des grévistes se sont placés vendredi matin à hauteur d'un rond-point menant à la zone aéroportuaire, ralentissant l'accès des voyageurs et voyageuses à celle-ci. Des blocages sont également apparus devant le contrôle frontières. Les policiers qui y travaillent habituellement n'y sont présents qu'en nombre réduit. Cela ralentit fortement les opérations de vérification des documents pour les passagers et passagères entrant ou sortant de l'espace Schengen. "Nous tentons de prioriser au maximum le passage des voyageurs" en cette veille de congé d'automne, a indiqué le porte-parole de BSCA. Plusieurs dizaines de passagers n'ont toutefois pas pu prendre leur vol comme prévu vendredi matin. "Nous recommandons aux voyageurs et voyageuses de venir à l'aéroport longtemps à l'avance", a ajouté le porte-parole.