Sous-secrétaire d'Etat au Trésor chargé de l'international entre 2005 et 2007, cet ancien conseiller de George W. Bush succèdera à son compatriote Charles Dallara au poste de directeur général de l'IIF à partir du 1er février. L'IIF "a acquis un rôle clé dans de nombreux domaines de la finance mondiale et je suis certain qu'il est prêt à étendre encore ce rôle pendant les années à venir au moment où nous sommes confrontés à une période de changements sans précédent", a déclaré M. Adams, cité dans le communiqué. L'Institut, qui représente plus de 470 établissements financiers, a été très actif dans le dossier grec au moment de l'effacement de dette de 107 milliards consenti par les créanciers privés au printemps dernier. Mi-novembre, M. Dallara, le prédécesseur de M. Adams, s'était rendu à Athènes où il avait fustigé les conséquences de l'austérité en Grèce et appelé les créanciers publics (Union européenne et Fonds monétaire international) à accroître leur soutien financier au pays. Plus récemment, l'IIF a pointé les "incertitudes" du programme que la Grèce a lancé pour racheter une partie de sa dette auprès des investisseurs privés, dont les banques, afin de faire baisser son endettement. (DGO)

Sous-secrétaire d'Etat au Trésor chargé de l'international entre 2005 et 2007, cet ancien conseiller de George W. Bush succèdera à son compatriote Charles Dallara au poste de directeur général de l'IIF à partir du 1er février. L'IIF "a acquis un rôle clé dans de nombreux domaines de la finance mondiale et je suis certain qu'il est prêt à étendre encore ce rôle pendant les années à venir au moment où nous sommes confrontés à une période de changements sans précédent", a déclaré M. Adams, cité dans le communiqué. L'Institut, qui représente plus de 470 établissements financiers, a été très actif dans le dossier grec au moment de l'effacement de dette de 107 milliards consenti par les créanciers privés au printemps dernier. Mi-novembre, M. Dallara, le prédécesseur de M. Adams, s'était rendu à Athènes où il avait fustigé les conséquences de l'austérité en Grèce et appelé les créanciers publics (Union européenne et Fonds monétaire international) à accroître leur soutien financier au pays. Plus récemment, l'IIF a pointé les "incertitudes" du programme que la Grèce a lancé pour racheter une partie de sa dette auprès des investisseurs privés, dont les banques, afin de faire baisser son endettement. (DGO)