Les investisseurs dans des stratégies de dividende recherchent généralement deux choses : un rendement attractif et un potentiel de croissance des dividendes.

Nos recherches ont montré un lien entre le profil ESG d'une entreprise et la croissance de ses dividendes dans le temps.

Bien entendu, les performances passées ne sont pas garantes des performances futures, mais cette étude révèle que les entreprises leaders en ESG sont plus susceptibles que les entreprises en retard sur ce plan d'offrir des niveaux attractifs de croissance des dividendes sur le long terme, quel que soit le scénario économique envisagé.

D'ailleurs, une croissance stable des dividendes peut notamment offrir une certaine protection en période d'inflation.

Forte relation entre la croissance historique des dividendes et les caractéristiques ESG

Des facteurs tels que la position concurrentielle d'une entreprise et ses marchés finaux sont déterminants en matière de croissance des dividendes. Mais un modèle opérationnel durable et une équipe de direction visionnaire sont également importants. L'analyse du système de notation extra-financière de Fidelity (qui classe environ 4 900 entreprises de A à E) montre une forte relation entre la croissance historique des dividendes et les caractéristiques ESG des sociétés.

En moyenne, les entreprises notées A en matière d'ESG présentent les niveaux les plus élevés de croissance historique des dividendes, soit plus de 5 %, tandis que les valeurs notées D et E offrent les niveaux de croissance moyenne les plus faibles. Cette tendance n'est pas parfaitement linéaire, dans la mesure où l'échantillon plus restreint des valeurs notées E peut conduire à ce que les entreprises individuelles faussent davantage la médiane que pour les autres notations.

Néanmoins, la relation est claire. Pour quelles raisons ? Une bonne gestion des risques (et des opportunités) sur le plan environnemental et social semble aider les entreprises à éviter des coûts réglementaires plus élevés, des litiges, une dégradation de la marque et l'obsolescence des actifs. D'autre part, une gouvernance de qualité réduit les risques liés au surendettement des bilans ou aux fusions-acquisitions risquées et destructrices de valeur. Les bénéfices sont ainsi protégés et peuvent être versés aux actionnaires sous forme de dividendes.

La " nature ESG " de certains secteurs n'est pas neutre

Toutefois, les entreprises au sein de secteurs avec des enjeux structurels en matière de développement durable, qu'elles soient bien gérées ou non, peuvent enregistrer une croissance plus faible de leurs dividendes. Par exemple, les grandes compagnies pétrolières Shell et BP[1] ont considérablement réduit leurs dividendes l'année dernière pour financer leur transition vers des actifs produisant moins de carbone. D'autres entreprises du secteur de l'énergie pourraient leur emboîter le pas face aux appels de plus en plus pressants en faveur d'une hausse des investissements dans les énergies renouvelables.

En revanche, les entreprises du secteur des services collectifs spécialisées dans les énergies renouvelables bénéficient de tendances porteuses en matière de réglementation et d'investissement. Enel[1], l'une des premières sociétés de ce type à avoir largement investi dans les énergies renouvelables et qui est aujourd'hui le plus grand fournisseur d'énergies renouvelables au monde, en termes de production d'électricité, s'est engagée à une croissance annuelle de 7 % de ses dividendes jusqu'en 2023. Dans un tout autre secteur, Unilever[1] -- une autre entreprise très bien notée par Fidelity en matière de développement durable -- affiche un solide historique de croissance des dividendes à long terme (environ 6 % annualisés sur 20 ans).

Les leaders ESG peuvent offrir des rendements attractifs

Au regard de leurs perspectives de croissance des dividendes supérieures à la moyenne,

on pourrait s'attendre à ce que les titres bien notés en ESG affichent des rendements nettement inférieurs. Heureusement pour les investisseurs, cela ne semble pas être le cas.

La différence de rendement entre les actions les mieux et les moins bien notées sur le plan ESG est modérée et tout à fait gérable dans le cadre d'un univers d'investissement aussi vaste que celui des actions internationales. Certaines entreprises leaders en matière d'ESG offrent même des rendements équivalents ou supérieurs à ceux des valeurs moins bien notées. Par exemple, Enel affiche actuellement un taux de rendement d'environ 4,5 %, et Unilever d'environ 3,5 %.

L'une des variables qui influencent le taux de rendement d'une entreprise est son ratio de distribution, qui reflète son approche de l'allocation du capital. Le niveau de distribution optimal dépendra de facteurs spécifiques à l'entreprise, tels que son besoin de réinvestir pour garantir la résilience de ses franchises et gérer son endettement. Nous estimons toutefois que des distributions de dividendes équilibrées (dans une perspective de long terme) sont un signe de bonne gouvernance, car elles contribuent à aligner les intérêts des actionnaires et ceux de la direction et à réduire le " risque d'agence ", c'est-à-dire le risque que les intérêts de la direction et ceux des actionnaires divergent.

Une deuxième variable est la valorisation de l'entreprise. Les valorisations peuvent être affectées par de nombreux facteurs (interdépendants), comme les prévisions de croissance, le coût du capital et le sentiment des investisseurs. Les investisseurs en stratégies ESG ont tendance à se méfier des actions dont les rendements sont élevés en raison de faibles valorisations qui reflètent des modèles économiques de court terme. Il est peu probable que les niveaux de distribution de ces entreprises puissent perdurer. Le tabac, par exemple, est un secteur à haut rendement où les questions relatives à la santé et à la réglementation renforcent l'incertitude quant à la perennité des dividendes et au potentiel de croissance.

Les entreprises de grande qualité sur le plan ESG devraient toutefois être en mesure de maintenir leurs dividendes à des niveaux plus pérennes et, comme le montre notre étude, offrir un meilleur potentiel de croissance des dividendes à long terme. Cette conclusion complète l'étude menée l'an dernier par l'équipe d'analystes de Fidelity, qui a montré comment les entreprises leaders en ESG ont surperformé les entreprises moins bien notées pendant le Krach du Covid-19 et le rebond boursier qui s'en est suivi. Notre système propriétaire de notations ESG peut aider à identifier les entreprises présentant des caractéristiques ESG fortes. Le fait d'introduire dans les portefeuilles un biais en faveur de ce type d'entreprises peut contribuer à maintenir un certain pouvoir d'achat des stratégies de dividende, ce qui pourra s'avérer utile si l'inflation reste élevée à mesure que les économies rouvrent.

Publié par Fidelity International.

Lire également : Why dividends make sense in an inflationary environment (fidelityinternational.com)Jiraporn, Kim & Kim : Dividend Pay-outs and Corporate Governance Quality: An Empirical Investigation - The Financial Review, 46 (2011)

[1] Note : Les valeurs citées dans ce document ne constituent pas des recommandations d'achat ou de vente. Elles ne sont données qu'à titre d'illustration.

Cliquez ici pour plus d'infos.

Informations sur les risques

  • Ce document à caractère promotionnel est exclusivement destiné aux professionnels de l'investissement et ne doit pas être diffusé à des investisseurs particuliers.
  • La valeur des investissements et des revenus qui en découlent peut évoluer à la hausse comme à la baisse et le client est susceptible de ne pas récupérer l'intégralité du montant initialement investi.
  • Les investisseurs doivent prendre note du fait que les opinions énoncées peuvent ne plus être d'actualité et avoir déjà été mises à exécution.
  • Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
  • Les investissements à l'étranger peuvent être affectés par l'évolution des taux de change des devises.
  • Les investissements sur les marchés émergents peuvent être plus volatils que ceux sur d'autres marchés plus développés.
  • La priorité accordée par le gérant aux titres de sociétés qui jouissent d'une solide réputation en matière de développement durable peut impacter la performance du fonds de manière favorable ou défavorable par rapport à la performance de produits identiques sans ce même parti pris. Les caractéristiques durables d'un titre peuvent changer avec le temps.

Informations importantes

Ce document ne peut être reproduit ou distribué sans autorisation préalable. Fidelity fournit uniquement des informations sur ses produits et n'émet pas de recommandations d'investissement fondées sur des circonstances spécifiques, ce document ne constitue ni une offre de souscription, ni un conseil personnalisé.

Fidelity International fait référence au groupe de sociétés qui forme la structure globale de gestion de placements qui fournit l'information sur les produits et services dans les juridictions désignées à l'exception de l'Amérique du Nord. Cette information n'est pas destinée et ne peut être utilisée par des résidents aux Etats-Unis et s'adresse uniquement aux personnes qui sont domiciliées dans un pays ou territoire où la distribution des compartiments mentionnés est autorisée, ou dans lesquels cette autorisation n'est pas exigée.

Sauf cas contraire, toutes les informations communiquées sont celles de Fidelity International, et tous les points de vue exprimés sont ceux de Fidelity International. Fidelity, Fidelity International, le logo Fidelity International ainsi que le symbole F sont des marques déposées de FIL Limited.

Nous vous recommandons de vous informer soigneusement avant toute décision d'investissement. Tout investissement doit se faire sur la base du prospectus/DICI (document d'information clé pour l'investisseur) et des rapports annuels et semi-annuels actuellement en vigueur, disponibles gratuitement en français ainsi qu'en flamand sur simple demande auprès notre Centre de Service Européen à Luxembourg, de nos Distributeurs dont la liste est disponible sur notre site internet https://www.fidelity.be ainsi que de notre agent chargé du service financier en Belgique, CACEIS Belgium S.A, dont le siège social est établi Avenue du Port 86C, b320, 1000 - Bruxelles.

21BE0903 / ED21-096

Les investisseurs dans des stratégies de dividende recherchent généralement deux choses : un rendement attractif et un potentiel de croissance des dividendes.Nos recherches ont montré un lien entre le profil ESG d'une entreprise et la croissance de ses dividendes dans le temps.Bien entendu, les performances passées ne sont pas garantes des performances futures, mais cette étude révèle que les entreprises leaders en ESG sont plus susceptibles que les entreprises en retard sur ce plan d'offrir des niveaux attractifs de croissance des dividendes sur le long terme, quel que soit le scénario économique envisagé.D'ailleurs, une croissance stable des dividendes peut notamment offrir une certaine protection en période d'inflation.Des facteurs tels que la position concurrentielle d'une entreprise et ses marchés finaux sont déterminants en matière de croissance des dividendes. Mais un modèle opérationnel durable et une équipe de direction visionnaire sont également importants. L'analyse du système de notation extra-financière de Fidelity (qui classe environ 4 900 entreprises de A à E) montre une forte relation entre la croissance historique des dividendes et les caractéristiques ESG des sociétés. En moyenne, les entreprises notées A en matière d'ESG présentent les niveaux les plus élevés de croissance historique des dividendes, soit plus de 5 %, tandis que les valeurs notées D et E offrent les niveaux de croissance moyenne les plus faibles. Cette tendance n'est pas parfaitement linéaire, dans la mesure où l'échantillon plus restreint des valeurs notées E peut conduire à ce que les entreprises individuelles faussent davantage la médiane que pour les autres notations.Néanmoins, la relation est claire. Pour quelles raisons ? Une bonne gestion des risques (et des opportunités) sur le plan environnemental et social semble aider les entreprises à éviter des coûts réglementaires plus élevés, des litiges, une dégradation de la marque et l'obsolescence des actifs. D'autre part, une gouvernance de qualité réduit les risques liés au surendettement des bilans ou aux fusions-acquisitions risquées et destructrices de valeur. Les bénéfices sont ainsi protégés et peuvent être versés aux actionnaires sous forme de dividendes.Toutefois, les entreprises au sein de secteurs avec des enjeux structurels en matière de développement durable, qu'elles soient bien gérées ou non, peuvent enregistrer une croissance plus faible de leurs dividendes. Par exemple, les grandes compagnies pétrolières Shell et BP[1] ont considérablement réduit leurs dividendes l'année dernière pour financer leur transition vers des actifs produisant moins de carbone. D'autres entreprises du secteur de l'énergie pourraient leur emboîter le pas face aux appels de plus en plus pressants en faveur d'une hausse des investissements dans les énergies renouvelables. En revanche, les entreprises du secteur des services collectifs spécialisées dans les énergies renouvelables bénéficient de tendances porteuses en matière de réglementation et d'investissement. Enel[1], l'une des premières sociétés de ce type à avoir largement investi dans les énergies renouvelables et qui est aujourd'hui le plus grand fournisseur d'énergies renouvelables au monde, en termes de production d'électricité, s'est engagée à une croissance annuelle de 7 % de ses dividendes jusqu'en 2023. Dans un tout autre secteur, Unilever[1] -- une autre entreprise très bien notée par Fidelity en matière de développement durable -- affiche un solide historique de croissance des dividendes à long terme (environ 6 % annualisés sur 20 ans). Au regard de leurs perspectives de croissance des dividendes supérieures à la moyenne,on pourrait s'attendre à ce que les titres bien notés en ESG affichent des rendements nettement inférieurs. Heureusement pour les investisseurs, cela ne semble pas être le cas.La différence de rendement entre les actions les mieux et les moins bien notées sur le plan ESG est modérée et tout à fait gérable dans le cadre d'un univers d'investissement aussi vaste que celui des actions internationales. Certaines entreprises leaders en matière d'ESG offrent même des rendements équivalents ou supérieurs à ceux des valeurs moins bien notées. Par exemple, Enel affiche actuellement un taux de rendement d'environ 4,5 %, et Unilever d'environ 3,5 %. L'une des variables qui influencent le taux de rendement d'une entreprise est son ratio de distribution, qui reflète son approche de l'allocation du capital. Le niveau de distribution optimal dépendra de facteurs spécifiques à l'entreprise, tels que son besoin de réinvestir pour garantir la résilience de ses franchises et gérer son endettement. Nous estimons toutefois que des distributions de dividendes équilibrées (dans une perspective de long terme) sont un signe de bonne gouvernance, car elles contribuent à aligner les intérêts des actionnaires et ceux de la direction et à réduire le " risque d'agence ", c'est-à-dire le risque que les intérêts de la direction et ceux des actionnaires divergent. Une deuxième variable est la valorisation de l'entreprise. Les valorisations peuvent être affectées par de nombreux facteurs (interdépendants), comme les prévisions de croissance, le coût du capital et le sentiment des investisseurs. Les investisseurs en stratégies ESG ont tendance à se méfier des actions dont les rendements sont élevés en raison de faibles valorisations qui reflètent des modèles économiques de court terme. Il est peu probable que les niveaux de distribution de ces entreprises puissent perdurer. Le tabac, par exemple, est un secteur à haut rendement où les questions relatives à la santé et à la réglementation renforcent l'incertitude quant à la perennité des dividendes et au potentiel de croissance. Les entreprises de grande qualité sur le plan ESG devraient toutefois être en mesure de maintenir leurs dividendes à des niveaux plus pérennes et, comme le montre notre étude, offrir un meilleur potentiel de croissance des dividendes à long terme. Cette conclusion complète l'étude menée l'an dernier par l'équipe d'analystes de Fidelity, qui a montré comment les entreprises leaders en ESG ont surperformé les entreprises moins bien notées pendant le Krach du Covid-19 et le rebond boursier qui s'en est suivi. Notre système propriétaire de notations ESG peut aider à identifier les entreprises présentant des caractéristiques ESG fortes. Le fait d'introduire dans les portefeuilles un biais en faveur de ce type d'entreprises peut contribuer à maintenir un certain pouvoir d'achat des stratégies de dividende, ce qui pourra s'avérer utile si l'inflation reste élevée à mesure que les économies rouvrent. Publié par Fidelity International.Lire également : Why dividends make sense in an inflationary environment (fidelityinternational.com)Jiraporn, Kim & Kim : Dividend Pay-outs and Corporate Governance Quality: An Empirical Investigation - The Financial Review, 46 (2011) [1] Note : Les valeurs citées dans ce document ne constituent pas des recommandations d'achat ou de vente. Elles ne sont données qu'à titre d'illustration.Cliquez ici pour plus d'infos.Informations sur les risques