Dans une étude récente, Agoria et essenscia ont analysé la contribution de l'industrie belge du plastique à l'économie circulaire. Bien que la marge d'amélioration soit encore importante, le débat doit aussi et surtout être nuancé. En effet, plastiques et économie circulaire sont parfaitement compatibles mais les défis sont complexes et nécessitent une coopération.

Samsonite aide les voyageurs à réduire leur empreinte écologique. Le plus grand fabricant de bagages au monde a lancé la toute première valise en polypropylène (PP) fabriquée à partir de déchets plastiques ménagers recyclés. Et cette innovation a des accents belges puisque la recherche a été effectuée à Audenarde et que la valise est "made in Belgium".

Avant d'entamer une nouvelle vie et d'être utilisé pour fabriquer de nouveaux produits, nos déchets - en particulier plastiques - suivent un long parcours. Prenons l'exemple des matières plastiques qui se trouvent dans les véhicules hors d'usage ou les déchets électriques et électroniques. Comet Traitements est chargée de les récupérer pour les trier, les purifier au maximum et les réintégrer ensuite dans la filière plastique. Comment cela fonctionne? Quels sont les défis du secteur? Découvrez-le avec Hervé Demoulin, Ingénieur R&D chez Comet Traitements.

Lors du deuxième Belgian Plastics Day, organisé à Bruxelles début novembre, Agoria et essenscia Polymatters ont présenté - chiffres à l'appui - une analyse objective et un état des lieux clair de l'industrie belge du plastique en terme de recyclage.

Le recyclage des plastiques en Belgique a augmenté de 54% depuis 2006, mais les plastiques recyclés ne sont pas encore pleinement exploités pour la production de nouveaux produits. Pourtant Agoria et essenscia ont publié une étude concertée qui démontre le potentiel des matières plastiques au sein de l'économie circulaire. Voici ce qui ressort de cette étude sur la place de l'industrie belge des plastiques au sein de l'économie circulaire.