Les obligations vertes attirent toujours plus de capitaux. Il s'agit d'obligations que les entreprises, les instances publiques ou les institutions supranationales émettent spécifiquement en vue de financer des projets qui contribuent à la transition vers une économie verte. L'aménagement d'un parc éolien, la construction d'un bâtiment basse énergie ou l'installation de bornes de recharge pour voitures électriques : ce ne sont là que quelques exemples de projets financés par des obligations vertes. " L'obligation traditionnelle est une boîte noire : l'investisseur ignore totalement quels projets seront financés avec son argent ", explique Bram Bos, gestionnaire de fonds chez NN Investment Partners (NN IP). " C'est là une différence essentielle avec une obligation verte, où l'émetteur rend clairement compte des projets financés. Les investisseurs apprécient cette transparence au plus haut point. Ce n'est pas un hasard si les premières obligations vertes ont été émises après la crise financière de 2008 et 2009, lorsque le marché réclamait une plus grande transparence. "

Pas une niche

L'intérêt croissant des investisseurs dope de façon spectaculaire le marché mondial des obligations vertes. Selon NN IP, ce marché passera de 662 à 672 milliards d'euros aujourd'hui à 1 billion d'euros fin 2021 et à 2 billions d'euros d'ici fin 2023. " Les obligations vertes ne représentent toujours qu'une fraction du marché obligataire total, mais pour autant, ce n'est plus un marché de niche depuis longtemps ", constate Bram Bos. Ainsi, l'Union européenne entend réserver plus de 30 % de son enveloppe de soutien économique Covid-19 d'une valeur de 750 milliards d'euros à des projets qui seront financés par des obligations vertes. Aux États-Unis, l'émission de ces obligations est surtout alimentée par de grandes entreprises qui veulent montrer qu'elles mènent une politique plus responsable et plus durable. En Asie, elle est stimulée par l'ambition de la Chine d'atteindre la neutralité climatique avant 2060.

Bram Bos, gestionnaire de fonds chez NN Investment Partners

Un rendement supérieur

L'intérêt des investisseurs pour les obligations vertes ne s'explique pas seulement par une prise de conscience croissante concernant le changement climatique. " Il y a de plus en plus de preuves que les obligations vertes offrent aux investisseurs la possibilité d'exercer un impact positif sur l'environnement tout en obtenant des rendements plus élevés ", explique Bos. " Les portefeuilles d'obligations vraiment vertes excluent les émetteurs dont les actifs sont dévalorisés par la transition énergétique et financent des entreprises plus innovantes et tournées vers l'avenir tout en étant protégées contre les risques climatiques et ESG. "

Une analyse de NN IP révèle que les investisseurs peuvent généralement attendre une solide performance des obligations vertes par rapport aux obligations traditionnelles. C'est ainsi qu'entre janvier 2016 et août 2020, le Bloomberg Barclays MSCI Euro Green Bond Index a atteint un rendement annuel de 3,2 %, soit 70 points de base de plus que le Bloomberg Barclays MSCI Euro Aggregate Index. Depuis 2015, les obligations vertes ont surperformé chaque année, sauf en 2017.

Greenwashing

Une obligation verte n'est pas l'autre. NN IP souligne que seules 85 % des obligations vertes méritent vraiment ce label. Le reste est émis par des entreprises qui peuvent certes utiliser les fonds recueillis pour des projets écologiques, mais qui sont impliquées dans des activités qui exercent un impact négatif dans d'autres domaines. Par exemple, une compagnie ferroviaire peut financer le transport à faible émission de carbone par le biais d'obligations vertes tout en étant fortement impliquée dans le transport de combustibles fossiles. " Les investisseurs doivent faire leur part du travail et ne pas se fier aveuglément au label vert. Mais pour les investisseurs particuliers, la tâche n'est pas facile. C'est pourquoi il existe aussi des fonds d'obligations vertes, gérés par des gestionnaires qui ont l'habitude des analyses de durabilité ", conclut Bos.

Vous trouvez plus d'informations sur les obligations vertes sur notre site web.

Les obligations vertes attirent toujours plus de capitaux. Il s'agit d'obligations que les entreprises, les instances publiques ou les institutions supranationales émettent spécifiquement en vue de financer des projets qui contribuent à la transition vers une économie verte. L'aménagement d'un parc éolien, la construction d'un bâtiment basse énergie ou l'installation de bornes de recharge pour voitures électriques : ce ne sont là que quelques exemples de projets financés par des obligations vertes. " L'obligation traditionnelle est une boîte noire : l'investisseur ignore totalement quels projets seront financés avec son argent ", explique Bram Bos, gestionnaire de fonds chez NN Investment Partners (NN IP). " C'est là une différence essentielle avec une obligation verte, où l'émetteur rend clairement compte des projets financés. Les investisseurs apprécient cette transparence au plus haut point. Ce n'est pas un hasard si les premières obligations vertes ont été émises après la crise financière de 2008 et 2009, lorsque le marché réclamait une plus grande transparence. " L'intérêt croissant des investisseurs dope de façon spectaculaire le marché mondial des obligations vertes. Selon NN IP, ce marché passera de 662 à 672 milliards d'euros aujourd'hui à 1 billion d'euros fin 2021 et à 2 billions d'euros d'ici fin 2023. " Les obligations vertes ne représentent toujours qu'une fraction du marché obligataire total, mais pour autant, ce n'est plus un marché de niche depuis longtemps ", constate Bram Bos. Ainsi, l'Union européenne entend réserver plus de 30 % de son enveloppe de soutien économique Covid-19 d'une valeur de 750 milliards d'euros à des projets qui seront financés par des obligations vertes. Aux États-Unis, l'émission de ces obligations est surtout alimentée par de grandes entreprises qui veulent montrer qu'elles mènent une politique plus responsable et plus durable. En Asie, elle est stimulée par l'ambition de la Chine d'atteindre la neutralité climatique avant 2060. L'intérêt des investisseurs pour les obligations vertes ne s'explique pas seulement par une prise de conscience croissante concernant le changement climatique. " Il y a de plus en plus de preuves que les obligations vertes offrent aux investisseurs la possibilité d'exercer un impact positif sur l'environnement tout en obtenant des rendements plus élevés ", explique Bos. " Les portefeuilles d'obligations vraiment vertes excluent les émetteurs dont les actifs sont dévalorisés par la transition énergétique et financent des entreprises plus innovantes et tournées vers l'avenir tout en étant protégées contre les risques climatiques et ESG. "Une analyse de NN IP révèle que les investisseurs peuvent généralement attendre une solide performance des obligations vertes par rapport aux obligations traditionnelles. C'est ainsi qu'entre janvier 2016 et août 2020, le Bloomberg Barclays MSCI Euro Green Bond Index a atteint un rendement annuel de 3,2 %, soit 70 points de base de plus que le Bloomberg Barclays MSCI Euro Aggregate Index. Depuis 2015, les obligations vertes ont surperformé chaque année, sauf en 2017. Une obligation verte n'est pas l'autre. NN IP souligne que seules 85 % des obligations vertes méritent vraiment ce label. Le reste est émis par des entreprises qui peuvent certes utiliser les fonds recueillis pour des projets écologiques, mais qui sont impliquées dans des activités qui exercent un impact négatif dans d'autres domaines. Par exemple, une compagnie ferroviaire peut financer le transport à faible émission de carbone par le biais d'obligations vertes tout en étant fortement impliquée dans le transport de combustibles fossiles. " Les investisseurs doivent faire leur part du travail et ne pas se fier aveuglément au label vert. Mais pour les investisseurs particuliers, la tâche n'est pas facile. C'est pourquoi il existe aussi des fonds d'obligations vertes, gérés par des gestionnaires qui ont l'habitude des analyses de durabilité ", conclut Bos.Vous trouvez plus d'informations sur les obligations vertes sur notre site web.