Il est de plus en plus complexe de faire des affaires à l'international, et ce pour diverses raisons. Luc Sambre, Head of Customs & Excise Solutions chez BDO : "Comme le Royaume-Uni ne fait plus partie de l'Union européenne, bon nombre d'entreprises se sont vu imposer une série de nouvelles obligations douanières, ce qui a ouvert les yeux à de nombreuses entreprises belges. Qui plus est, les réglementations protectionnistes se multiplient dans le cadre du commerce international, notamment sous l'impulsion du précédent président américain, Donald Trump. On constate également une augmentation générale des réglementations qui compliquent l'exportation à destination de pays hors UE ou l'importation au départ de ces pays."

La responsabilité finale incombe à chaque importateur et exportateur

Les multinationales ont la capacité d'investir dans une expertise en matière de réglementations commerciales et de formalités douanières. Un luxe que ne peuvent pas se permettre de nombreuses petites et moyennes entreprises. "Les entreprises se disent souvent que si elles confient leurs formalités douanières à un expéditeur (en douane), il fera le nécessaire et prendra ses responsabilités. Les documents nécessaires à l'introduction des déclarations circulent alors sans qu'il soit possible d'évaluer si les données ont été correctement établies."

" Il est de plus en plus complexe de faire des affaires à l'international. "

"Or c'est à l'importateur/exportateur que revient la responsabilité finale de s'assurer que les déclarations sont établies correctement sur cette base. D'où l'importance de vérifier vous-même que tout est fait correctement, même si vous choisissez l'externalisation."

L'expertise douanière s'acquiert en continu

L'importance d'une expertise douanière ne fait donc aucun doute. L'entreprise de consultance BDO a, pour cette raison, mis en place une équipe spécialisée d'experts en douane, dont les services reposent sur quatre piliers.

Luc Sambre : "Avec les piliers "évaluation", "conseil" et "accompagnement", nous apportons une expertise douanière aux entreprises. Nous les aidons, par exemple, à détecter les risques au niveau de leur chaîne de valeur en matière de douanes et d'accises. Elles peuvent nous poser des questions précises sur leurs formalités douanières et nous les guidons de A à Z, qu'elles demandent un simple permis ou qu'elles se lancent dans une procédure AEO (Authorised Economic Operator). Les entreprises qui possèdent ce statut d'opérateur économique agréé bénéficient d'un traitement préférentiel de la part des services douaniers."

Luc Sambre, Head of Customs & Excise Solutions chez BDO, Andreas Gijbels
Luc Sambre, Head of Customs & Excise Solutions chez BDO © Andreas Gijbels

Le quatrième pilier, la formation, fait le lien entre tous les piliers. Il constitue la base d'un service destiné à mettre en place un parcours de croissance avec les entreprises. "Nous sommes convaincus que les entreprises doivent investir dans l'enrichissement de leurs connaissances, étant donné que la responsabilité finale leur incombe. Cette démarche doit être personnalisée à l'entreprise et à ses collaborateurs."

"C'est la raison pour laquelle nous accordons une grande importance à la gestion des compétences : il s'agit de définir un programme de formation adapté aux participants en associant l'évaluation des compétences à des objectifs d'apprentissage. Nous aidons ainsi les entreprises à se développer de l'intérieur et à forger leur résilience", explique Luc Sambre. Dans cette optique, BDO a conçu une solution d'e-learning et propose des formations collectives (en présentiel ou en ligne), sous la forme de séances ouvertes ou sur mesure.

Vour voulez en savoir plus sur BDO Customs?

Contactez Luc Sambre

luc.sambre@bdo.be

Mobile : +32 475 74 81 82

Il est de plus en plus complexe de faire des affaires à l'international, et ce pour diverses raisons. Luc Sambre, Head of Customs & Excise Solutions chez BDO : "Comme le Royaume-Uni ne fait plus partie de l'Union européenne, bon nombre d'entreprises se sont vu imposer une série de nouvelles obligations douanières, ce qui a ouvert les yeux à de nombreuses entreprises belges. Qui plus est, les réglementations protectionnistes se multiplient dans le cadre du commerce international, notamment sous l'impulsion du précédent président américain, Donald Trump. On constate également une augmentation générale des réglementations qui compliquent l'exportation à destination de pays hors UE ou l'importation au départ de ces pays."Les multinationales ont la capacité d'investir dans une expertise en matière de réglementations commerciales et de formalités douanières. Un luxe que ne peuvent pas se permettre de nombreuses petites et moyennes entreprises. "Les entreprises se disent souvent que si elles confient leurs formalités douanières à un expéditeur (en douane), il fera le nécessaire et prendra ses responsabilités. Les documents nécessaires à l'introduction des déclarations circulent alors sans qu'il soit possible d'évaluer si les données ont été correctement établies.""Or c'est à l'importateur/exportateur que revient la responsabilité finale de s'assurer que les déclarations sont établies correctement sur cette base. D'où l'importance de vérifier vous-même que tout est fait correctement, même si vous choisissez l'externalisation."L'importance d'une expertise douanière ne fait donc aucun doute. L'entreprise de consultance BDO a, pour cette raison, mis en place une équipe spécialisée d'experts en douane, dont les services reposent sur quatre piliers.Luc Sambre : "Avec les piliers "évaluation", "conseil" et "accompagnement", nous apportons une expertise douanière aux entreprises. Nous les aidons, par exemple, à détecter les risques au niveau de leur chaîne de valeur en matière de douanes et d'accises. Elles peuvent nous poser des questions précises sur leurs formalités douanières et nous les guidons de A à Z, qu'elles demandent un simple permis ou qu'elles se lancent dans une procédure AEO (Authorised Economic Operator). Les entreprises qui possèdent ce statut d'opérateur économique agréé bénéficient d'un traitement préférentiel de la part des services douaniers."Le quatrième pilier, la formation, fait le lien entre tous les piliers. Il constitue la base d'un service destiné à mettre en place un parcours de croissance avec les entreprises. "Nous sommes convaincus que les entreprises doivent investir dans l'enrichissement de leurs connaissances, étant donné que la responsabilité finale leur incombe. Cette démarche doit être personnalisée à l'entreprise et à ses collaborateurs.""C'est la raison pour laquelle nous accordons une grande importance à la gestion des compétences : il s'agit de définir un programme de formation adapté aux participants en associant l'évaluation des compétences à des objectifs d'apprentissage. Nous aidons ainsi les entreprises à se développer de l'intérieur et à forger leur résilience", explique Luc Sambre. Dans cette optique, BDO a conçu une solution d'e-learning et propose des formations collectives (en présentiel ou en ligne), sous la forme de séances ouvertes ou sur mesure.