Fondée en 2004, la PME Ekopak située à Tielt a mis au point des applications en vue d'améliorer la qualité de l'eau de process industriel. "On a construit des machines pour diverses industries de plus en plus efficaces dans leur consommation d'eau. Mais en même temps, la qualité de l'eau de process utilisée devait aussi évoluer. C'est dans ce domaine que s'est développé le savoir-faire de notre entreprise", explique l'actuel CEO Pieter Loose.

En 2013, ce dernier reprend la société de son beau-père et lance une nouvelle stratégie. "Puisque l'eau se raréfie, il faut réfléchir davantage à sa consommation et à son recyclage. Nous avons dès lors cherché comment nous pouvions aider nos clients à boucler la boucle. Nous proposons aujourd'hui des solutions pour une utilisation plus intelligente de l'eau et nous examinons quelles sources alternatives peuvent être exploitées, comme la réutilisation de l'eau de process et le recyclage des eaux usées."

Importance croissante des aspects écologiques

Ekopak est un habitué des secteurs alimentaire et textile, mais aussi des acteurs du monde médical ou de l'industrie ayant recours par exemple à l'eau de chaudière et à l'eau de refroidissement. "Le secteur alimentaire, les entreprises textiles et l'industrie chimique sont de grands consommateurs d'eau. Nous pouvons créer un impact majeur auprès de ces entreprises. Nous examinons à quel niveau l'eau peut être économisée, fournissons la qualité d'eau adaptée à chaque processus et produisons si nécessaire de l'eau ultra pure de la manière la plus écologique possible. En fonction de la qualité souhaitée, nous utilisons, entre autres, les technologies des résines et des membranes."

Pieter Loose, CEO Ekopak

Les entreprises réalisent ainsi rapidement des économies allant jusqu'à 50 % de leur facture d'eau. "Mais l'impact sur l'environnement est bien sûr bien plus grand puisqu'il faut pomper moins d'eau", explique Pieter Loose. "Nous remarquons d'ailleurs que les clients accordent de plus en plus d'importance aux aspects écologiques. Auparavant on parlait peu de nos projets, aujourd'hui les gens commencent déjà à en parler au moment de la décision d'investissement, bien avant que l'installation soit opérationnelle."

Un fort potentiel de croissance à l'échelle internationale

Avec 27 collaborateurs et un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros, Ekopak est une PME modeste. Elle a pourtant une visibilité internationale. "Nous avons déjà placé des installations dans plus de 700 sociétés réparties dans onze pays, de même qu'en Afrique, en Amérique et en Asie. Nous travaillons en cocréation avec notre client en voyant comment l'entreprise peut utiliser l'eau plus consciemment. Nous propageons cette passion dans le monde entier et un projet en engendre souvent un autre", déclare le CEO.

L'entreprise est aussi attentive à sa propre empreinte écologique. "Nous développons et construisons tout en interne. Nous trouvons ainsi rapidement des solutions sur mesure tout en limitant les flux de déchets. Les installations pour l'étranger sont construites dans un conteneur qui est ensuite transporté ou expédié à l'entreprise. À son arrivée, notre équipe se rend sur place pour lancer le tout en une semaine."

Récemment Alychlo, la société d'investissement de Marc Coucke, a rejoint le capital. Visant une poursuite de son développement dans les prochaines années, Ekopak était à la recherche d'un investisseur. Pieter Loose : "Nous savons qu'il y a encore un grand potentiel et voulons accélérer la cadence. Une des solutions consiste à financer nous-mêmes nos installations, le client ne payant qu'une redevance par mètre cube d'eau consommée. L'eau en tant que service, en fait."

Le changement climatique sera l'un des thèmes principaux du Credendo Trade Forum qui se tiendra le mercredi 13 novembre dès 12h30 à l'auditorium de la Banque nationale de Belgique à Bruxelles. Programme détaillé et formulaire d'inscription disponibles ici.