Tout sur Zeebrugge

Le Ms Artania est le premier navire de croisière qui accoste dans le port de Zeebrugge depuis le début de la crise du coronavirus. Entre-temps, le tourisme de croisière est soumis à des règles plus strictes mais le port espère tout de même une reprise de ce secteur.

Serco Belgium, la branche belge de Serco Group, a repris l'entreprise familiale Clemaco, partenaire de l'armée belge pour la maintenance des navires basés à Zeebrugge, indique vendredi Serco dans un communiqué.

Les navires belges ont débarqué l'an dernier 7,8% de poissons en moins qu'en 2019. Quelque 12.588 tonnes ont été vendues dans les ports belges et cette quantité débarquée a représenté un chiffre d'affaires de 56,4 millions d'euros, en baisse de 4,6%. Un phénomène dû à des exportations et des ventes dans les marchés locaux et l'horeca perturbées par la crise du Covid-19, explique jeudi l'institut statistique Statbel.

Bienvenue au Port of Antwerp-Bruges! C'est le nom de la nouvelle société qui va gérer les ports d'Anvers et de Zeebrugge désormais fusionnés. Une alliance qui fait sens vu la complémentarité.

Les ports d'Anvers et de Zeebrugge vont fusionner. Les discussions remontent à deux ans environ et l'accord a été officialisé vendredi par les autorités portuaires d'Anvers et de Zeebrugge. L'opération doit encore recevoir l'aval de l'Autorité de la concurrence. L'intégration devrait être bouclée d'ici la fin de l'année. La nouvelle entité portera le nom de "Port of Antwerp-Bruges".

Le port d'Anvers-Bruges qui devrait être créé d'ici la fin de l'année deviendra le plus grand port à conteneurs (157 millions de tonnes) en Europe, devant Rotterdam (153 millions de tonnes), et le 13e port mondial en termes de conteneurs de 20 pieds (13,8 millions d'EVP/TEU), ont fait savoir les deux entités vendredi dans la foulée de l'annonce de leur fusion.

Les ports d'Anvers et de Zeebrugge ont lancé une étude en vue d'une éventuelle collaboration. La société de consultance Deloitte et le bureau d'avocats Laga ont été chargés de mener des travaux pour analyser leur complémentarité. "Une collaboration n'est à l'ordre du jour que si les deux ports sont renforcés", expliquent les entreprises portuaires dans un communiqué.

La valeur ajoutée directe dans les ports belges s'est élevée à environ 18 milliards d'euros (à prix courants) en 2016, soit 4,3% du PIB de la Belgique, selon une étude d'incidence économique de la Banque nationale de Belgique (BNB) publiée vendredi. La valeur ajoutée indirecte atteint elle environ 82% de la valeur ajoutée directe, soit 15 milliards d'euros (3,5% du PIB belge).

De l'argent public pour survoler les files ? C'est parfaitement possible. La Flandre subsidie en effet jusqu'à la moitié du coût de la formation des pilotes d'hélicoptère.