Tout sur yuan

Pékin n'a pas l'intention de dévaluer sa monnaie, a assuré dans un entretien à Bloomberg News le vice-président chinois Li Yuanchao, soucieux d'apaiser les inquiétudes sur la politique monétaire du pays après la récente chute du yuan.

Le Fonds monétaire international a décidé lundi d'intégrer le yuan dans le panier de devises composant son unité de compte, les Droits de Tirage Spéciaux (DTS), a annoncé lundi sa directrice-générale Christine Lagarde.

Alors que la Belgique est en plein débat sur le tax shift et que l'Europe est encore tournée vers la Grèce, le reste du monde a d'autres problèmes économiques sur le feu. Et en particulier les pays émergents, la Chine en tête, qui rencontrent de grandes difficultés. Ces pays souffrent d'un endettement excessif en dollars.

La Chine a dévalué d'environ 3,5% en deux jours la valeur de sa monnaie face au dollar, la plus forte dépréciation en deux décennies, mais les marchés et les analystes sont divisés sur les motivations de Pékin et sur les conséquences à attendre.

L'érosion de l'hégémonie économique des vieilles puissances s'accélère, les derniers chiffres internationaux montrent que les pays riches de l'OCDE pèsent maintenant moins de 50% de la richesse mondiale et portent les prémices d'une révolution: la Chine pourrait très rapidement détrôner les Etats-Unis.

La monnaie chinoise était orientée à la baisse lundi par rapport au dollar, lorsque le marché des changes a rouvert après l'annonce au cours du week-end d'un doublement de la marge de fluctuation du yuan par rapport au billet vert.

Le Sénat US, malgré les réticences de la Maison-Blanche et la colère de Pékin, a adopté un projet de loi visant à pénaliser la Chine, soupçonnée de manipulation de devise. La guerre commerciale dont Pékin avait menacé les Etats-Unis est-elle en vue ?

"Le scénario le plus probable pour le système monétaire international est un système à devises multiples centré autour du dollar, de l'euro et du renminbi." Dixit la Banque mondiale.