Tout sur Wouter Devriendt

La Belgique arrivera-t-elle à sortir de la plus grande crise bancaire de son histoire sans pertes financières ? Tout dépend de Dexia. Et de Wouter Devriendt qui tient les rênes de la banque résiduelle depuis deux ans...

La banque résiduelle Dexia, en procédure de résolution ordonnée depuis fin 2011, poursuit la liquidation de ses actifs à un bon rythme, a annoncé mercredi son CEO Wouter Devriendt. Une bonne partie des milliards d'euros de prêts et d'obligations vendue l'année passée l'a été à la Banque centrale européenne (BCE), a-t-il été précisé en marge de l'assemblée annuelle des actionnaires.

Le groupe en résolution ordonnée Dexia a terminé l'année 2017 sur une perte nette de quelque 462 millions d'euros, contre un bénéfice de 353 millions un an plus tôt, un résultat plombé par le "poids significatif" des taxes et contributions réglementaires ainsi que par le volatilité comptable, a-t-il indiqué jeudi.

Dexia est " structurellement en perte "... Mais ce n'est pas grave. Selon la banque en liquidation, cela ne remet pas fondamentalement en cause le plan de financement adopté en 2012.

"Il est très peu probable que Dexia puisse un jour à nouveau être rentable", a affirmé mercredi Wouter Devriendt, administrateur délégué de la banque en résolution ordonnée depuis 2012. Le bénéfice de 353 millions d'euros que le groupe a engrangé en 2016 n'est en rien un gage pour les années futures, a-t-il souligné lors de l'assemblée générale des actionnaires à Bruxelles.

Le groupe en résolution ordonnée Dexia a terminé 2016 sur un bénéfice net de 353 millions d'euros, porté par des éléments à caractère exceptionnel, a-t-il annoncé jeudi. C'est la deuxième année consécutive de bénéfices pour Dexia qui avait enregistré en 2015 un résultat annuel positif de 163 millions d'euros.