Tout sur VRT

Le patron de la VRT pressenti pour la présidence de Belfius, qui dément

Paul Lembrechts (62), administrateur délégué de la VRT, serait un des candidats les plus sérieux au poste de président du conseil d'administration de la banque publique Belfius, rapportaient mercredi De Tijd et L'Echo, citant plusieurs sources proches du dossier. Le principal intéressé a cependant fermement démenti auprès de VRT NWS qu'il pourrait quitter prochainement le service public flamand.

Investissement d'un million d'euros dans le studio d'animation 3D anversois Cyborn

Media Invest Vlaanderen (MIV), une co-entreprise entre la société d'investissements PMV et la VRT, va investir un million d'euros dans le studio d'animation 3D anversois Cyborn. Celui-ci produit des films d'animation et développe des applications et des jeux. Dans ce cadre, l'entreprise se focalise sur les réalités virtuelle et augmentée.

Mediapark: le chantier du nouveau siège de la RTBF débutera à l'automne

Le chantier du RTBF Media Square, le nouveau bâtiment de la chaîne publique s'inscrivant dans le cadre plus large du projet Mediapark, débutera à l'automne pour 2 années de travaux qui seront suivies de plusieurs mois d'intégration technologique, a indiqué Jean-Paul Philippot, l'administrateur délégué de la RTBF, en marge du Mipim, le salon des professionnels de l'immobilier qui se tient jusqu'à jeudi soir à Cannes.

Marches pour le climat: "Le brossage des cours a ses limites"

Le président du sp.a John Crombez marche sur des oeufs à propos de l'action de grève des cours que les élèves organisent tous les jeudis depuis trois mois pour le climat. Ces actions divisent le parti. D'une part, le sp.a "soutient l'engagement des jeunes" et il est dès lors logique que les actions se poursuivent, d'autre part "sécher (les cours) a ses limites", a résumé jeudi John Crombez au micro de la VRT.

"La grève ne résout rien", affirme Charles Michel

Le Premier ministre Charles Michel a déploré la grève nationale de ce mercredi et appelé employeurs et syndicats à reprendre leurs négociations. "Il n'y a pas d'alternative", a-t-il affirmé dans un communiqué.