Tout sur vente à perte

La Belgique ne changera pour l'instant pas sa loi en matière de soldes et de vente à perte, cette dernière n'étant autorisée qu'en juillet et décembre chaque année pour permettre aux commerçants d'écouler leurs stocks, a précisé jeudi Els Bruggeman, porte-parole du ministre de l'Économie Johan Vande Lanotte.

La proposition d'autoriser la vente à perte, avancée par le ministre de l'Economie, fait grincer bien des dents du côté des indépendants et du secteur du commerce. Ils dénoncent une "vision archaïque", y voient au mieux un "bon diagnostic mais un mauvais remède", voire prédisent des "commerces de proximité dévastés".

Le ministre fédéral de l'Economie Johan Vande Lanotte souhaite un assouplissement de l'interdiction sur la vente à perte et une meilleure information du consommateur sur la qualité des produits premiers prix ou du distributeur vendus en grandes surfaces.

Non, assure Ikea. Si, réplique la Fédération bruxelloise de l'horeca, pour qui le fameux steak-frites à 2,50 euros devrait revenir à 5,89 euros TVAC (minimum) à la chaîne d'ameublement. La fédération a mis en demeure le géant suédois.