Tout sur van quickenborne

Le socialiste Jean-Marc Delporte voit l'Office des pensions lui échapper mais se retrouve à la tête du SPF Economie, un "second choix" de longue date. Voici quelques années, la présidence du SPF Finances lui avait déjà été refusée, au profit de l'ex-chef de cab' de Leterme.

Le ministre Van Quickenborne veut "maintenir le bonus de pension mais le réformer en profondeur", afin d'en neutraliser les effets négatifs. Il souhaite notamment une progressivité du bonus, afin qu'il soit plus élevé à 65 ans qu'à 62 ans.

Si plus de la moitié des Belges sont très inquiets de la situation financière qui sera la leur à la pension, un Belge sur trois n'est pas prêt à travailler jusqu'à 65 ans, selon une enquête de Delta Lloyd Life, pour qui "le tsunami du vieillissement remet en cause la viabilité du système actuel".

Le Conseil des ministres restreint est arrivé ce lundi soir à un "accord de principe" en vue de la désignation de l'ex-homme fort de Fortis Karel De Boeck comme nouveau CEO de la banque résiduaire Dexia d'ici la fin du mois de juin, a indiqué à la sortie de la réunion le vice-premier ministre Open Vld Vincent Van Quickenborne.

Les ministres Van Quickenborne et Vanackere n'ont pas mâché leurs mots pour évoquer l'idée d'un impôt minimum pour les entreprises, émise par Laurette Onkelinx : "Nous devons prendre des mesures qui attirent les entreprises, pas celles qui les chasseraient du pays !"

Chaque jour de grève au port d'Anvers enfonce une nouvelle épine dans le pied du ministre fédéral des Pensions. Car le 2e port d'Europe représente 6,6 % de l'emploi flamand et 9,1 % du PIB de la Flandre... et chaque heure perdue lui coûte 1 million d'euros.

Di Rupo Ier peut conserver l'objectif d'un déficit 2012 à 2,8 % s'il taille davantage dans ses dépenses. "Il y a encore un peu de graisse sur l'appareil d'Etat", estime le ministre Van Quickenborne, qui s'opposera à "toute mesure qui entraverait la reprise économique".

Le vice-Premier ministre Van Quickenborne s'explique sur "sa" réforme des pensions, sur sa réponse au coût du vieillissement et sur la manière de rendre le régime des pensions plus légitime. Il plaide aussi pour une extension des pensions complémentaires privées.

Vincent Van Quickenborne avoue que, s'il avait eu plus de temps, il aurait "procédé autrement". Le ministre des Pensions, qui s'est attiré les foudres des syndicats, estime qu'il existe désormais "un terrain pour atterrir". Et dénonce avec sévérité la grève générale du 30 janvier.

La rencontre entre la ministre de l'Emploi, le ministre des Pensions et les syndicats n'a eu "aucun résultat". Les deux premiers ont réaffirmé leur volonté d'exécuter l'accord gouvernemental. Les derniers dénoncent un "dialogue de sourds" et une concertation promise "cosmétique".

Le Conseil d'Etat a largement critiqué la réforme des pensions menée tambour battant par le ministre Van Quickenborne. Celui-ci, s'il se dit prêt à tenir compte de ces remarques, persiste et signe : il faut conclure avant la fin de 2011, "sinon on perd un an !"

La réponse est "oui" pour la Fédération des entreprises de Belgique qui en réfère à la situation des pays européens ayant adopté de telles mesures. Mais l'accès plus difficile aux prépensions risque aussi d'avoir des effets pervers...

Vincent Van Quickenborne a profité de son premier discours en tant que ministre des Pensions pour réaffirmer la nécessité des réformes qu'il a engagées. Des réformes qu'il juge "progressives" et "supportables".

La réforme des pensions très... "volontariste" du ministre Van Quickenborne divise violemment les acteurs du monde économique. Si Didier Reynders y voit une "occasion historique" et la FEB un acte "nécessaire", le PTB dénonce un "coup de force gouvernemental" inacceptable. Le comité consultatif des pensions lui-même s'est dit "totalement opposé" au projet.

Le nouveau ministre des Pensions sonne la charge sur les pensions. Vincent Van Quickenborne veut en effet faire approuver dès cette année, par le Parlement, des réformes pour votre retraite. Les syndicats dénoncent de véritables "provocations".

Ce n'est pas encore la folie qui avait présidé à l'attribution des réseaux 3G (GSM) il y a une dizaine d'années. Mais les enchères pour l'attribution des longueurs d'ondes de la nouvelle génération de réseaux mobiles 4G peuvent rapporter gros. En Belgique, on espère 90 millions d'euros. Au moins...

L'indice-pivot pour la fonction publique et les allocations sociales est dépassé. Les allocations sociales et les pensions augmenteront de 2 % en mai. Il faut dire que, par rapport à avril 2010, les prix de l'énergie ont augmenté de 16 %.

La cour d'appel de Bruxelles a rejeté mardi les recours en suspension introduits par Mobistar et Base contre la décision de l'IBPT, le régulateur belge des télécoms, visant à réduire les tarifs de terminaison sur les réseaux mobiles. Le ministre Van Quickenborne applaudit. Base y voit une "occasion manquée pour la concurrence".