Tout sur US

Les européens devraient s'en souvenir avant de critiquer le retrait des Américains en Afghanistan : 300 millions de dollars par jour et pendant deux décennies. Voilà le coût total de la guerre menée en Afghanistan. Ce que rappelle régulièrement Joe Biden pour justifier le départ des troupes US de ce "cimetière d'empires".

Rien ne semble faire vaciller la progression des marchés des actions depuis le début de l'année. Au niveau mondial, l'indice du MSCI World a clôturé le second trimestre sur une performance de 6,23% en dollar, performance supérieure à celle de 4,52% enregistrée lors du trimestre précédent. Si cette tendance se poursuit, le rendement des actions mondiales en 2021 sera supérieur à celui enregistré en 2020, égal à 14,06%.

Une rupture avec le style de son prédécesseur. C'est le moins que l'on puisse dire après presque 5 mois de présidence de Biden. Mais rompre avec le style ne signifie pas nécessairement rompre avec la politique étrangère américaine. Et c'est exactement ce dont notre pays a besoin si nous voulons relever correctement une série de défis difficiles et donner un nouveau souffle à la coopération transatlantique. La visite que le Président américain effectue ces jours-ci sur le continent européen doit donc enfin marquer un nouveau départ dans la relation entre la Belgique et l'UE, et les USA.

Amid Faljaoui nous dit que les Americains qui ont voté pour Trump font passer l'économie avant la santé. Ce sont en quelques sorte des partisans de l'immunité collective.

Le secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin, a personnellement appelé les dirigeants des six banques les plus importantes des Etats-Unis dans une tentative de calmer les marchés financiers. La nervosité boursière exacerbée par le "shutdown" des administrations et certaines rumeurs sur le limogeage du patron de la réserve fédérale.

Le patron de Nike se dit fier de la campagne publicitaire menée par la marque et ayant pour égérie le footballeur américain Colin Kaepernick. Celle-ci a fait grand bruit sur les réseaux sociaux, mais également porté les ventes de l'entreprise.

Généralement, quand une entreprise affiche de bons résultats financiers, il faut s'en réjouir. C'est la preuve que la stratégie de ses dirigeants est la bonne et que cette entreprise va continuer à engager des personnes et jouer son rôle social dans l'économie. Mais que faut-il penser quand ce sont les banques américaines qui affichent toutes des résultats extraordinaires ?

Trente ans après le Lundi noir, ce jour d'octobre 1987 où l'indice américain Dow Jones s'est effondré de 22 % en une journée, le marché boursier présente des similarités qui intriguent les témoins de l'époque.

David Page (Axa IM) décode les intentions de la Banque centrale US. En clair, en jouant sur une réduction de son bilan, elle remonte ses taux plus rapidement, afin de faire face à un éventuel coup de mou de l'économie américaine d'ici deux ou trois ans...

Des perquisitions ont eu lieu jeudi sur trois sites américains de l'entreprise Caterpillar, dans la région de Peoria en Illinois. Le siège central de la société fait partie des lieux visités par les autorités judiciaires, annonce l'entreprise dans un communiqué.