Tout sur université d'Oxford

Facebook, ce (bientôt) vaste cimetière...

C'est étonnant mais d'ici quelques années, il y aura plus de morts que de vivants sur Facebook. Cette situation posera un défi pour les historiens du futur : peut-on accepter que des données, qui illustrent notre histoire collective, soient la propriété d'une entreprise privée ?