Tout sur Union wallonne des entreprises

Explosion des cas de covid oblige, les travailleurs doivent travailler à la maison quatre jours par semaine. La décision indispose les employeurs davantage qu'il y a quelques mois, pour trois raisons majeures.

Les entreprises attendent fébrilement les décisions du Codeco concernant le retour obligatoire au télétravail 3 ou 4 jours par semaine. La plupart des organisations patronales sont contre. Mais, le lieu de travail est-il vraiment un vecteur de contaminations ?

"Rendre le télétravail obligatoire est une mesure inutile et aux effets indirects contre-productifs", assène mardi l'Union wallonne des entreprises (UWE), craignant que le Codeco ne décide mercredi de réimposer le travail à domicile pour endiguer la propagation du coronavirus.

Pierre Mottet a pris le relais de Jacques Crahay à la présidence de l'Union wallonne des entreprises (UWE) jeudi lors de la rentrée de l'organisation au parc Ecolys de Suarlée, près de Namur. A l'aube de son mandat de 3 ans, il a plaidé pour une Wallonie ambitieuse et durable.

Près de la moitié (43%) des 252 entreprises belges interrogées par Vias ont été victimes de cybercriminalité l'an dernier, ressort-il du deuxième baromètre de la sécurité de l'ancien institut belge pour la sécurité routière. Un phénomène est particulièrement en vogue selon les témoignages: les attaques diffamatoires sur les réseaux sociaux.

En juin, tous les indicateurs économiques étaient au vert, la reprise s'annonçait flamboyante. Sa vigueur, conjuguée à la progression de la vaccination, devrait heureusement permettre à notre tissu industriel de résister à la hausse des contaminations dues au variant Delta du coronavirus. Des pénuries de main-d'oeuvre aux difficultés d'approvisionnement, d'autres nuages planent toutefois aussi sur notre horizon économique.

Si la majorité des entreprises wallonnes sont parvenues à traverser la crise sans trop en pâtir financièrement, 22% d'entre elles y ont perdu des plumes, constate l'Union wallonne des entreprises (UWE). Cette dernière avance des pistes, dans son rapport économique 2021, pour sortir des pièges de l'endettement et des problèmes de solvabilité.

Les quatre grands indicateurs (activité, investissement, embauche et exportations) de l'enquête semestrielle de l'Union wallonne des entreprises (UWE) menée auprès des chefs d'entreprises wallons sont tous repassés au vert, ce qui confirme la reprise, mais la prudence reste de mise, déclare l'UWE dans un communiqué mercredi.

Les entrepreneurs wallons entrevoient une "légère amélioration" de l'activité économique dans les six prochains mois, mais "l'enthousiasme n'est pas débordant", relève Pierre Elias, économiste à l'Union wallonne des entreprises (UWE), à l'occasion de la présentation mercredi du dernier point conjoncturel de l'organisation patronale. La moitié des entrepreneurs interrogés tablent sur une stabilisation de l'activité économique.

Dur, dur, le métier de chroniqueur économique en ces temps de pandémie. Il faut analyser sans concession l'actualité, prendre du recul pour éviter de tomber dans des propos de comptoirs de gare, garder le moral lorsque les autres le perdent et cerise sur le gâteau, il faut idéalement susciter matière à réflexion alors que l'ambiance est parfois à la déprime.

Ce sera dans six mois, dans un an ou dans deux ans. Mais un jour, c'est sûr, l'économie repartira. Comment saisir les opportunités de cette reprise? Comment anticiper les évolutions du marché? Comment éviter la surchauffe d'un redémarrage trop brutal? Comment mobiliser son personnel? Une vingtaine de patrons et de patronnes de PME belges apportent leurs témoignages.