Tout sur ULB

Les sept partis de la coalition se sont accordés mais ils sont encore loin de jouer à l'unisson. Les zones d'ombre et marges d'interprétation foisonnent dans l'accord de gouvernement. Et cela n'a en fait rien d'exceptionnel ni de malsain pour le fonctionnement politique.

Les cinq universités francophones mettent leurs forces en commun dans un domaine technologique de pointe : l'intelligence artificielle (IA). C'est un fait trop méconnu : nos universités regorgent de spécialistes dans ce domaine. S'ils sont nombreux (on parle d'environ 600 chercheurs), ils ne bénéficient pas d'une grande visibilité et travaillent encore trop souvent dans leur coin.

Alors qu'elles étaient majoritairement en face-à-face, les réunions ont subitement basculé en mode virtuel suite au coronavirus. Des chercheurs belges ont saisi l'occasion pour se questionner sur l'impact soudain de ces réunions virtuelles sur la performance et les relations au travail.

Faire ses courses alimentaires avec un masque, OK. Mais s'asseoir dans une salle de cinéma à deux mètres de son voisin, transpirer dans une salle de sport ou essayer une voiture neuve chez un concessionnaire, c'est autre chose. Coups de projecteur sur ces secteurs économiques qui doivent se réinventer pour attirer les clients à la sortie de cette crise sanitaire.

Plusieurs organisations de jeunes demandent que les étudiants jobistes puissent avoir accès au chômage temporaire. Quelques secteurs dans lesquels les étudiants effectuent des prestations, l'horeca en tête, sont durement touchés par les mesures prises par les autorités pour endiguer la propagation du coronavirus.

Les commerces sont devenus moins nombreux, mais plus grands en dix ans, rapporte Le Soir, mardi. Quelque 12.500 commerces de détail ont disparu (-14%), tandis que le secteur s'est étendu d'un million de mètres carrés en Belgique, selon les calculs d'une équipe de chercheurs de l'Institut de gestion de l'environnement et d'aménagement du territoire (Igeat, ULB).

L'emploi dans les titres-services affecte négativement la santé des aides-ménagères, principalement au travers d'un risque accru de souffrir de maladies musculosquelettiques. Ceci se traduit par une augmentation de la probabilité d'être en incapacité de travail (court terme) de 85% ou en invalidité (long terme) de 260% dans les cinq années qui suivent leur entrée dans le système, selon une étude réalisée par l'Université libre de Bruxelles avec le soutien de l'Inami et présentée vendredi.

A l'heure où tous les experts recommandent la formation continue tout au long d'une vie, les méthodes d'apprentissage connaissent, aussi, leur révolution digitale. Singulièrement en " executive education " où leur flexibilité permet de s'insérer dans des journées de travail. Petit tour d'horizon de ce qui est disponible en Belgique.

Alors que les écoliers ont repris le chemin de leur classe et que leurs parents sont retournés devant leur bureau depuis belle lurette, les étudiants eux ne voient leurs vacances s'achever que ce lundi, jour de la reprise des cours à l'université. Pour trouver un logement, ils ont dû s'y prendre tôt: les résidences proposées par les universités sont très vite remplies, certaines depuis le mois d'avril! Les koteurs peuvent néanmoins se tourner vers le privé, devant dès lors piocher davantage dans leur portefeuille.

Des navettes électriques et sans chauffeur circulent depuis peu dans des conditions encore contrôlées mais réelles à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre. Compactes et silencieuses, elles véhiculent la promesse d'une mobilité plus fluide et plus durable d'ici quelques années. Mais la technologie, encore perfectible, va devoir gagner l'adhésion du public.

L'application de mobilité urbaine Joyn Joyn, lancée il y a tout juste un an, devient Jeasy, annoncent mardi leurs concepteurs. Dans le même temps, elle a réalisé une levée de fonds de 525.000 euros en capital auprès de nouveaux investisseurs. Ce financement visera à soutenir le développement technologique et commercial de cette solution actuellement déployée sur Bruxelles et Namur. D'autres grandes villes belges et européennes sont en effet dans son viseur.

Même si les températures vont repartir à la hausse, l'été touche doucement à sa fin. Alors que les écoliers s'affairent à la préparation de leur cartable pour la rentrée qui ne va plus tarder, les étudiants ont, eux, encore les doigts de pieds en éventail ou le nez dans les syllabus. Pour trouver un logement, il faut toutefois s'y prendre tôt: les résidences proposées par les universités sont très vite remplies, certaines depuis le mois d'avril! Les koteurs peuvent néanmoins se tourner vers le privé, devant dès lors piocher davantage dans leur portefeuille.

Né au sein de la Solvay Business School, le Student Entrepreneurs Club enchaîne les événements pour familiariser tous les étudiants aux réalités des entreprises modernes. Dans un esprit start-up. De pitch sessions en apéro-talks, le SEC fait pétiller et mousser toutes les facettes de l'entrepreneuriat.

Le programme de contrôle des chômeurs, entré en vigueur dans les années 2000, multiplie par deux le nombre de personnes qui passent chaque trimestre du régime de chômage vers le régime d'invalidité, selon les conclusions d'une étude relayée par La Libre Belgique, mercredi. Les femmes sont particulièrement concernées.

En moyenne, chaque Belge jette près d'un kilo de nourriture par jour. Pour lutter contre ce gaspillage, la start-up Happy Hours Market récupère les invendus dans les magasins pour aussitôt les revendre, à moitié prix. Un bon deal pour les consommateurs, les commerçants et la planète.

De plus en plus de jeunes se retrouvent désormais à la tête de leur propre société, selon les derniers chiffres du SPF Économie évoqués dans les éditions de L'Avenir vendredi. L'an dernier, le groupe des starters âgés de 18 à 22 ans enregistrait une hausse record de 18%.