Tout sur UCM

L'Union des classes moyennes (UCM) demande au gouvernement jeudi, à la veille du Comité de concertation, de prolonger jusque décembre le chômage temporaire et le droit passerelle, alors que "des indépendants et chefs de PME souffrent encore des restrictions liées au coronavirus". Cette requête rejoint celle, similaire et formulée mardi, de l'union des entrepreneurs flamands Unizo et de la fédération technologique Agoria.

Avec la rentrée scolaire, le retour sur le lieu de travail et le taux de vaccination global en Belgique qui progresse, il arrive parfois que des tensions émergent au sein des entreprises, comme d'ailleurs dans la sphère privée, entre vaccinés et non-vaccinés. Ce qui amène certains employeurs à interroger leur fédération patronale ou leur secrétariat social sur ce qu'il leur est permis de faire afin de trouver un juste milieu.

Pierre-Yves Dermagne, ministre fédéral de l'Emploi, a organisé la première édition de la conférence interfédérale annuelle sur l'emploi. L'objectif de cette conférence est de réfléchir, avec les partenaires sociaux et les autres parties prenantes, aux réformes du marché du travail afin d'atteindre un taux d'emploi de 80% à l'horizon 2030.

"Il garde le cap d'un retour progressif à la vie normale et à l'exercice de nos libertés de circuler, de se réunir et surtout de travailler. L'horeca en particulier bénéficie de nouveaux assouplissements. Le secteur événementiel et le monde de la nuit peuvent reprendre espoir grâce à la mise en oeuvre, qu'on espère temporaire, du pass sanitaire, ainsi que la perspective de réouverture complète au 1er octobre", a réagi l'UCM à l'issue du comité de concertation de vendredi.

Le secteur horeca, très fortement touché par les deuxième et troisième vagues de la pandémie de coronavirus, devra payer de quatre à cinq mois de droits d'auteur en moins, annonce mardi la société de gestion des droits d'auteur Sabam. Un accord en ce sens a en effet pu être dégagé avec l'Union des classes moyennes (UCM) et l'organisation d'indépendants flamands Unizo à la fin de la semaine dernière.

L'optimisme semble de retour chez les commerçants indépendants en Wallonie et à Bruxelles alors que les soldes d'été commencent jeudi, ressort-il dimanche d'une enquête réalisée par l'UCM. Il est toutefois important de continuer à accompagner financièrement ces entreprises dont beaucoup ont subi un préjudice économique important du fait de la pandémie, plaide l'organisation des classes moyennes.

L'Union des classes moyennes a approuvé mardi à l'unanimité le projet d'accord social "équilibré et bienvenu" conclu durant la nuit entre les partenaires sociaux, indique-t-elle à la mi-journée. "Cet accord pérennise le modèle belge de concertation et comporte un engagement de paix sociale", commente l'organisation patronale. "Quant au contenu, il ménage les intérêts des uns et des autres."

La Chambre a approuvé ce jeudi en séance plénière le projet de loi modifiant diverses dispositions relatives aux régimes de pension des travailleurs indépendants et des travailleurs salariés.

Plus de quatre entrepreneurs sur dix, poussés par l'obligation sanitaire, sont désormais séduits par le télétravail, ressort-il jeudi d'une enquête réalisée par le service d'études de l'Union des classes moyennes (UCM) auprès de 700 employeurs clients de son secrétariat social.

Près de 3.000 entrepreneurs wallons ont signé, en moins de 24 heures, une lettre ouverte adressée au Comité de concertation qui se déroule ce mercredi. Ils demandent qu'on leur fasse "enfin" confiance pour aller vers "une approche positive plutôt que coercitive, transversale plutôt que sectorielle".

"Le pire est arrivé pour les métiers de contact", a réagi mercredi l'Union des classes moyennes (UCM) à l'issue du comité de concertation, qui a décidé de la fermeture de ces professions ainsi que des commerces non-essentiels, sauf sur rendez-vous ou en 'click & collect'. Selon l'organisation d'indépendants, les autorités portent "une lourde responsabilité dans ce gâchis".

Dans un plan d'action de lutte contre la fraude, qui sera prochainement soumis au gouvernement, le ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&V) compte obliger tous les commerçants à proposer au minimum un moyen de paiement électronique à leurs clients, rapportent L'Echo et De Tijd jeudi.