Tout sur Twitter

L'effet de TikTok sur les ventes est indéniable au point que de nombreuses librairies américaines de la chaîne Barnes & Noble dédient désormais une table pour une sélection #BookTok.

Les syndicats CSC et FGTB ont appelé mercredi à l'organisation, le 29 mars prochain, d'"une large journée d'actions assortie de grèves dans diverses entreprises et organisations du pays". Les syndicats exigent que les secteurs en bonne santé malgré la crise puissent accorder des augmentations de salaire supérieures à 0,4%. Le syndicat libéral, lui, n'appelle pas à la grève mais mènera des actions de sensibilisation.

Le bitcoin a de nouveau dépassé les 50.000 dollars, après la forte baisse de la valeur de la cryptomonnaie ces derniers jours. Le prix a été dopé par des informations selon lesquelles la société de paiement Square du PDG de Twitter Jack Dorsey avait acheté des bitcoins pour 170 millions de dollars. Les commentaires positifs d'un grand investisseur ont également amélioré le sentiment autour de la monnaie numérique.

Le coronavirus a également contaminé Internet. Servant de prétexte aux fraudes, complots, propagandes terroristes, et imposant ainsi plus de 1.000 interventions supplémentaires aux forces de l'ordre. Sur le terrain numérique, la police ne manque pas d'occupation mais plutôt d'outils, tant techniques que légaux.

Il serait préoccupant que la tendance actuelle aboutisse un jour à ce que la révélation d'un fait autre que celui reproduit par les médias traditionnels devienne impossible.

Les commerçants sont satisfaits de la décision à venir de prolonger cette année de deux semaines les soldes d'hiver. Le gouvernement fédéral soutient une proposition de loi en ce sens, ce qui réjouit Comeos et Mode Unie.

Exubérants les marchés ? Le déversement de montants astronomiques de liquidités par les banques centrales pour faire face à la crise économique liée au Covid-19 donne lieu à des situations aberrantes, laissant parfois l'impression d'un grand casino boursier.

Particulièrement friand des réseaux sociaux, Twitter en tête, Donald Trump a perdu son moyen de communication favori après l'attaque du Capitole mais d'autres plateformes ont également suspendu le compte du président américain, accusé d'avoir chauffé à blanc les esprits de ses partisans en continuant à contester les résultats de l'élection présidentielle.