Tout sur Tsipras

La Grèce a "pratiquement atteint" ses objectifs de réformes voulues par ses créanciers et l'Eurogroupe de lundi va mener des "premières discussions" sur un aménagement possible de la dette du pays, selon le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

L'évaluation de l'avancement des réformes en Grèce réclamées par les créanciers du pays (UE et FMI) "est en retard en raison des dissensions entre les institutions", a estimé dimanche le Premier ministre grec Alexis Tsipras.

Le gouvernement grec a déposé vendredi au Parlement le projet de loi mettant en place les règles pour la recapitalisation de son secteur bancaire, à la veille de l'annonce par l'autorité européenne de supervision bancaire des fonds nécessaires pour mener à bien l'opération.

La chancelière allemande Angela Merkel a salué dimanche le fait que le gouvernement grec ait "travaillé complètement différemment" qu'au cours des mois précédents pour parvenir à un accord sur une nouvelle aide internationale assortie de conditions drastiques.

Les négociateurs en piste dans la crise grecque sont comparables à des coureurs de Formule 1. Lancés à toute vitesse sur un circuit qui ne fait que tourner en rond, il s'échauffent, se tamponnent, vont de dépassement en queue de poisson avant de, fatigués, faire étape dans leurs écuries respectives, chargées de les regonfler à bloc pour les tours suivants.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a réussi dans la nuit de mercredi à jeudi à faire adopter au Parlement les premières réformes exigées par les créanciers en vue d'un nouveau plan d'aide, mais a eu besoin de l'opposition pour atteindre le compte.

La Grèce a proposé mardi à ses créanciers de conclure avec le Mécanisme européen de stabilité (MES) un accord sur deux ans permettant de couvrir ses besoins financiers tout en restructurant sa dette, a indiqué le bureau du Premier ministre Alexis Tsipras.

Les établissements bancaires grecs resteront fermés jusqu'au 6 juillet, soit le lendemain du référendum initié par le gouvernement d'Alexis Tsipras, et les retraits aux guichets automatiques seront durant cette période limités à 60 euros par jour, selon l'arrêté sur le contrôle des capitaux publié au journal officiel grec dans la nuit de dimanche à lundi.

Les quelques ministres des Finances qui acceptaient de s'exprimer lundi midi à leur arrivée pour une réunion de l'Eurogroupe se montraient plutôt pessimistes sur la possibilité d'arriver à un accord entre la Grèce et ses créanciers pour le déblocage d'une aide financière de 7,2 milliards d'euros en échange de réformes structurelles.

Nouvelle réunion des ministres des Finances de la zone euro jeudi, et nouvel échec. Dans la tragédie de la dette grecque, à maintes reprises on a parlé de 'dernière chance', mais jamais encore la Grèce n'avait semblé aussi proche de la sortie, à moins que le sommet exceptionnel programmé lundi n'aboutisse sur une désormais improbable fin heureuse.