Tout sur trésor

Pour couper court aux rumeurs qui le voyaient prendre la tête de l'université de Dartmouth - son président étant parti diriger la Banque mondiale - Tim Geithner l'a affirmé : "Je reste secrétaire au Trésor jusqu'à la fin du premier mandat de Barack Obama."

La Grèce a levé mardi 1,625 milliard d'euros en bons du Trésor à six mois, à un taux de 4,95%, supérieur à celui consenti lors de la dernière adjudication du même type le 8 novembre (4,89%), a annoncé l'agence grecque de gestion de la dette publique (PDMA).

La dette de l'Etat fédéral a crû de 11,15 milliards d'euros en 2010, soit 0,4 % du PIB. Un très beau résultat, surpassé seulement par l'Estonie et Malte. Mais il ne faut pas se reposer sur ses lauriers, préviennent de concert le ministre des Finances et le Trésor.

Le Trésor belge a levé 3,202 milliards d'euros au total en émettant trois lignes d'obligations. Les taux, eux, sont en baisse par rapport à une précédente émission réalisée en janvier 2011.

Le Belge épargnant plus que jamais, la taxe bancaire devrait rapporter plus que prévu au Trésor. La situation sera particulièrement difficile pour les petites banques, qui verront une partie de leur bénéfice partir dans la taxe.

Les principaux banquiers centraux se réunissent lundi à Shanghai sous l'égide du FMI. Officiellement, ils ne parleront pas directement de la "guerre des devises" qui menace les relations entre les grandes puissances mondiales. Le Trésor américain n'en a pas moins retardé la publication (très attendue) de son rapport sur les taux de change. Un document potentiellement incendiaire pour la Chine et son yuan.

Le Trésor espagnol, qui espérait placer entre 3 milliards et 4 milliards d'euros d'obligations à trois ans, a réussi à placer un nombre de titres supérieur au minimum prévu mais à un taux supérieur à celui de la précédente émission.

Le Portugal a levé mercredi 1 milliard d'euros en bons du Trésor à trois et douze mois, enregistrant une hausse de la demande lors de sa première émission de dette depuis l'annonce de nouvelles mesures d'austérité.

Alors que les Etats-Unis ont enterré dimanche le plan de sauvetage du secteur financier, la Maison-Blanche ne s'est pas privée de vanter son faible coût pour le contribuable. Mais aux yeux de la population, le traitement de faveur dont ont bénéficié les grandes banques reste impardonnable.

Fini le temps où Washington assurait au monde qu'il voulait un dollar fort. Alors que le biller vert a plongé à un plus bas de cinq mois contre l'euro, le gouvernement américain semble très bien s'accommoder de la tendance.

Un nombre limité d'auteurs a pu bénéficier, en un temps très court, d'un avantage patrimonial illégal estimé au total à pas moins de 79 millions d'euros, grâce à une fraude à la TVA avec droits d'émission, plus communément appelée "fraude au CO2".

L'Europe et le Japon n'ont pas encore mis en place de politique permettant de penser qu'ils auront une croissance stimulée par leur demande intérieure, a affirmé samedi à Toronto Timothy Geithner, secrétaire américain au Trésor, en marge du sommet du G20.

La taxe de 0,15 % sur les banques américaines, proposée par le secrétaire au Trésor, serait assise sur l'endettement des banques de manière à taxer davantage celles qui ont recours à l'effet de levier financier. Elle rapporterait jusqu'à 90 milliards de dollars en 10 ans... et devrait à tout le moins durer le temps, pour le gouvernement US, de récupérer sa mise.

L'Etat belge emprunte plus que jamais sur les marchés financiers. Le Trésor a emprunté l'année dernière 38,3 milliards via des prêts à moyen ou à long terme et compte pour 2010 sur un montant de 39,2 milliards de l'Europe, a indiqué mercredi à De Morgen, Jean Deboutte, directeur Investor Relations à l'administration générale de la trésorerie.