Tout sur Thierry Bodson

La FGTB a décidé d'organiser une manifestation nationale à Bruxelles en faveur du pouvoir d'achat pendant la semaine du 12 décembre, a indiqué jeudi une porte-parole du syndicat, Gina Heyrman, confirmant une information de L'Echo. La date exacte sera choisie en fonction de la participation de la CSC, qui tiendra son bureau national mardi.

La baisse du pouvoir d'achat et la crise énergétique sont aujourd'hui une réalité pour la plupart d'entre nous. Ces crises à répétition peuvent-elles pousser les Belges à manifester massivement dans la rue?

Transports en commun, aéroports, entreprises, hôpitaux, prisons... comme prévu, la Belgique tourne au ralenti mercredi, en raison d'une grève interprofessionnelle à l'appel des deux plus grands syndicats du pays, la CSC et la FGTB. Les conséquences et l'ampleur de la mobilisation varient toutefois en fonction des secteurs et des régions.

Des milliers de militants syndicaux se sont rassemblés mercredi matin place de la Monnaie à Bruxelles. Les trois principales organisations de travailleurs du pays, FGTB, CSC et CGSLB, demandent aux autorités des mesures fortes devant permettre aux citoyens de traverser la crise énergétique et de revaloriser leur pouvoir d'achat. Selon le syndicat socialiste et la police bruxelloise, quelque 10.000 personnes étaient présentes pour cette manifestation nationale.

Alors qu'une première mobilisation a lieu ce mercredi 21 septembre, le président de la FGTB reconnaît que les entreprises souffrent. Mais il prévoit un automne chaud. Et souligne que pour sortir des crises, il faut une réforme fiscale et des accords sociaux.

Les trois syndicats sont venus plaider pour une modification de la loi sur la norme salariale de 1996, mercredi en Commission Affaires sociales de la Chambre. La FGTB, la CSC et le SLFP avaient lancé en décembre une pétition contre cette loi dans sa forme actuelle. Le document avait récolté près de 90.000 signatures, soit bien au-delà du seuil de 25.000 permettant d'atterrir à la Chambre en vue d'un débat.

La FGTB s'oppose à un accord interprofessionnel prévoyant une flexibilité exceptionnelle sur le lieu de travail pour faire face aux réductions de personnel à cause de l'épidémie de coronavirus. Selon le syndicat socialiste, un accord doit être dégagé par secteur concerné. Les partenaires sociaux réunis au sein du Groupe des Dix doivent se rencontrer ce lundi pour évoquer le dossier.