Tout sur Thalys

Les compagnies de trains à grande vitesse Eurostar et Thalys reprennent leur projet de fusion, un temps mis au frigo en raison de la crise du coronavirus. Le siège de la future entité sera établi à Bruxelles et, à terme, la marque Thalys disparaîtra du paysage ferroviaire, rapporte le journal français Les Echos. L'information a été confirmée par Thalys.

Thalys a obtenu un prêt bancaire de 120 millions d'euros auprès de cinq banques européennes, indique mardi l'opérateur à grande vitesse. Cette opération constitue le premier appel au financement externe dans l'histoire de l'entreprise ferroviaire.

La crise du coronavirus a poussé la société de transport ferroviaire Thalys dans le rouge. Elle doit faire appel aux banques pour de l'argent frais pour la première fois de son existence. La fusion annoncée avec Eurostar a été reportée temporairement le temps que le financement de part et d'autre soit consolidé.

Eurostar tire la sonnette d'alarme et demande le soutien des autorités britanniques. "Sans financement additionnel du gouvernement, il y a un risque réel pour la survie d'Eurostar", a indiqué l'opérateur dans un communiqué. La société demande à bénéficier des mêmes soutiens consentis à d'autres opérateurs ferroviaires en Grande-Bretagne.

Thalys proposera quatre allers-retours quotidiens entre Bruxelles et Paris à partir du 13 décembre prochain et ce jusque fin janvier, soit le double de l'offre actuelle, annonce mardi l'entreprise ferroviaire par communiqué. Elle reprend également ses liaisons vers Dortmund, à raison d'un aller-retour par jour.

Les trains bordeaux Thalys, reliant Bruxelles à Paris, Amsterdam et Cologne, vont changer à partir de l'an prochain. L'intérieur des trains recevra un nouveau design, de nouveaux fauteuils. Les 26 rames de Thalys gagneront chacune 28 sièges (de 371 à 399 places, +7%). De quoi pousser la croissance. L'opérateur est longtemps resté à la frontière des 7 millions de passagers par an, et l'a dépassée en 2017 (7,2 millions de passagers).

Trois nouvelles destinations viendront s'ajouter au réseau de Thalys en 2019: Marne-la-Vallée (Disneyland Paris), l'aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle et Bordeaux, a annoncé mardi l'entreprise ferroviaire. Celle-ci investira par ailleurs 55 millions d'euros dans le renouvellement du design intérieur de ses rames entre 2019 et début 2022.

Après une décennie de stabilité, le train Thalys, qui dessert Paris, Amsterdam et Cologne, a retrouvé la croissance. Le TGV performerait encore davantage si Izy, son service low cost, était mieux connu des Belges.

Le train à grande vitesse qui relie notamment Bruxelles et Paris crée une nouvelle classe comparable aux "premium economy" des compagnies aériennes. Et promet de proposer plus de tickets à petit prix. Mais il ne pourra jamais être un train low cost.

Thalys renouvellera son offre à la rentrée prochaine et va introduire une troisième catégorie de prix et de services ('Comfort') intermédiaire à celles déjà existantes, a annoncé mercredi l'entreprise ferroviaire, qui vise les 7 millions de passagers transportés en 2018.

Eurostar lance un service Amsterdam-Londres, via Bruxelles, à partir de l'an prochain. Il prendra des passagers à Amsterdam et Rotterdam, mais pas à Anvers. Cela va entraîner des aménagements à la gare de Bruxelles-Midi.

Le train à grande vitesse à la livrée rouge bordeaux règne sans partage depuis deux décennies entre Bruxelles et Paris. Aucune concurrence ferroviaire n'a osé le défier. Mais il stagne, car la concurrence de la route s'est renouvelée avec le covoiturage (BlaBlaCar) et de nouveaux services de cars. Il a donc lancé Izy, aux couleurs vertes, pour récupérer la clientèle low cost. Avec succès.

Le train low-cost Izy, lancé par l'opérateur à grande vitesse Thalys, a transporté 300.000 voyageurs entre Bruxelles et Paris en neuf mois. "Le pari des billets à petit prix a été gagné", s'est réjoui Agnès Ogier, CEO de Thalys lors d'un entretien avec Belga. Ces prochains mois, elle souhaite travailler principalement sur la visibilité de la marque Izy.