Tout sur taxi

La plateforme américaine Uber, qui de Johannesburg à Jakarta, a suscité la grogne des taxis traditionnels et voit maintenant ses chauffeurs se retourner contre elle en France, a vu son activité réglementée en Europe et n'en a pas fini avec les contentieux.

À l'arrêt avec son service UberPop à Bruxelles, la start-up mise sur le dialogue pour continuer ses activités dans notre pays. Elle veut adopter une attitude moins cavalière et persévérer dans le transport de personnes à Bruxelles, mais aussi à Anvers, Namur, Liège et Charleroi.

Pour le secteur des taxis, il est temps d'agir contre les "attaques" de Uber et "l'immobilisme" des autorités à Bruxelles. Les taxis considèrent, par ailleurs, que le lancement du service UberX est une "nouvelle provocation" et comparent leur ennemi à un voleur qui vend aussi des produits non-dérobés.

Uber officialise le lancement de son service " pro " UberX qui fait appel à des professionnels et plus, comme UberPop, à des particuliers. Pas de quoi apaiser le secteur des taxis qui craint un service de taxi déguisé. Mais en tout cas un (nouvel) appel du pied aux autorités pour avoir une législation vraiment adaptée...

Le service américain de réservation de taxis en ligne Uber a décidé de collaborer avec l'université de l'Arizona afin de développer des voitures roulant de façon autonome, annonce-t-il mercredi. Dans ce cadre, les recherches devraient principalement se concentrer sur les cartes et les capteurs optiques.

La firme était déjà dans l'oeil du cyclone avec UberPop et ses particuliers devenus chauffeurs, elle pourrait récidiver en lançant UberX, un service avec cette fois des pros derrière le volant. Etonnant, quand on sait qu'Uber a toujours clamé que c'était impossible à Bruxelles.

La société Uber qui concurrence les taxis du monde entier est évaluée aujourd'hui à 50 milliards de dollars, alors qu'elle ne possède aucun taxi! Pas mal pour une société qui n'existait pas il y a 5 ans... Amid Faljaoui, notre chroniqueur économique nous en dit plus sur ces start-ups qui changent le monde.

Au pays du Soleil Levant, point de guerre entre les taxis et Uber. Et pour cause, l'appli qui vaut des milliards ne sert là-bas qu'à... réserver des taxis. La faute à un environnement spécifique dont certains devraient peut-être s'inspirer.

Le constructeur chinois Geely va développer une nouvelle génération de taxis londoniens à propulsion électrique et plus respectueux de l'environnement. L'entreprise investit pour ce projet 250 millions de livres (339 millions d'euros) dans une nouvelle usine à Coventry, où sont construits depuis 1948 les célèbres "black cabs".

Le service de transport privé Uber a tenu à prendre part à la semaine de la Mobilité à Bruxelles. "Le transport de passagers sera gratuit du jeudi à 10h au dimanche à 6h du matin", annonce Uber dans un communiqué.

Le service américain de transport "UberPop" fera son entrée mardi à Bruxelles. Il permettra aux particuliers de s'inscrire, via une application mobile, pour se mettre à disposition des citoyens bruxellois à moindre coût. Dans le même temps, la résistance des taxis traditionnels s'organise...

Taxis United, l'Association des Taxis bruxellois (ATB) et l'Union professionnelle des Exploitants de Taxis et Taxis Camionnettes (UPETTC) annoncent un préavis de grève et une manifestation pour le 19 juin. Ils dénoncent le non-respect des accords signés le 29 janvier et réclament un moratoire sur l'accord sectoriel.