Tout sur tax shelter

Premiers effets du plan start-up lancé en 2015 par le gouvernement fédéral : les particuliers ont investi 15 millions d'euros dans les jeunes pousses en bénéficiant d'un avantage fiscal.

La fédération qui représente les producteurs et distributeurs de musique en Belgique, BEA Music, a plaidé jeudi dans un communiqué pour l'instauration d'incitants pour les médias qui soutiennent le secteur musical et l'extension du Tax Shelter aux création et production locales de musique.

Cinéma, tax shelter et savoir-faire en matière de production audiovisuelle ont été les vedettes de cette première journée de travail de la mission princière au Canada.

Refroidie par la crise financière de l'automne 2008, la banque ING avait stoppé son activité tax shelter quelques mois plus tard. La voici qui fait aujourd'hui son grand retour sur ce marché spécifique, en partenariat avec la société taxshelter.be détenue à 70% par le groupe Nethys (ex-Tecteo).

En 2012, le tax shelter, incitant fiscal destiné à encourager la production d'oeuvres audiovisuelles et cinématographiques, a coûté près du double au Trésor public que l'annéeprécédente, avec un montant record de 38,78 millions d'euros, rapporte samedi De Tijd.

Dix ans après l'introduction du Tax Shelter, l'Union des producteurs de Films francophones (UPFF) et son pendant flamand le Vlaamse Film producenten bond (VFPB) réclament l'actualisation de la mesure visant à stimuler les investissements privés des entreprises dans les productions audiovisuelles belges par le biais d'un avantage fiscal.

Didier Reynders et Rudy Aernoudt se sont positionnés en faveur de la possibilité d'appliquer le système de Tax shelter aux entreprises innovantes belges, ont-ils fait savoir ce lundi lors d'une table ronde organisée sur le sujet par le Club Entrepreneurs de la Solvay Schools Alumni.

Lancé par le gouvernement il y a 10 ans déjà, le système du tax shelter a fait ses preuves en permettant de lever plus de 800 millions d'euros au profit du cinéma belge et de redynamiser ainsi tout un secteur jadis moribond.

Une trentaine de producteurs indépendants et des représentants des studios de cinéma les plus importants aux Etats-Unis (les majors !) étaient réunis mardi dans un hôtel de Los Angeles pour écouter la Belgique vanter ses atouts audiovisuels.

Si cet incitant fiscal a prouvé son efficacité dans le cinéma belge, il était toutefois nécessaire d'adopter une réforme du système. Ce qui vient d'être fait.

La délocalisation s'exerce aussi dans le cinéma, et le cinéma français - par ailleurs très dynamique - souffre d'un manque certain d'attractivité fiscale. Gondry en Belgique, Jeunet au Canada... les tournages de films français s'exilent de plus en plus fréquemment pour bénéficier d'incitations fiscales avantageuses chez les voisins, dont la Belgique.

Une étude menée par le cabinet Deloitte démontre les effets bénéfiques de cet incitant fiscal, tant pour l'Etat que pour le secteur du cinéma.

La motivation première des sociétés flamandes à investir dans le Tax Shelter serait celle du rendement, alors que celle des entreprises wallonnes serait de soutenir la production cinématographique, ressort-il lundi d'une enquête réalisée par Tax Shelter Films Funding (TSFF) à l'occasion des dix ans du mécanisme fiscal qui permet aux entreprises de réinvestir une partie de leur bénéfice dans l'industrie cinématographique. Dans les deux cas, plus de la moitié des sociétés souhaitent réinvestir dans le Tax Shelter, ajoute-t-on.

Quelques jours avant le 64e Festival de Cannes, où les Belges sont encore dignement représentés, la société belge Scope Invest a annoncé une année exceptionnelle avec trois films ayant chacun dépassé le cap du million d'entrées.