Tout sur taux négatifs

UBS réfléchit à répercuter les taux d'intérêt négatifs sur ses super-riches clients privés. L'établissement doit répondre à la politique des banques centrales, afin de maintenir ses rendements, a déclaré Sergio Ermotti, directeur général du numéro un bancaire helvétique.

Avec le Japon qui y est passé récemment, un quart de l'économie mondiale vit désormais avec des taux négatifs. Cela réjouit les emprunteurs. Mais cette situation crée des déséquilibres inquiétants et rend la tâche de l'épargnant de plus en plus difficile.

Pour l'économiste en chef de Citigroup, les taux négatifs seront encore d'actualité en 2016. Lorsque la Fed devra intervenir la prochaine fois pour soutenir l'économie américaine, elle devrait à son tour recourir aussi à cette arme non conventionnelle. Cela ne fait pas les affaires des épargnants, et surtout des retraités qui ont besoin de rendements pour vivre. Mais il y a des solutions.

Il faut désormais penser l'impensable: nous nous engluons dans une période de taux d'intérêt négatifs. Cette ahurissante situation a été amorcée l'an passé, lorsque la BCE a appliqué des taux d'intérêt négatifs sur les dépôts qui lui étaient confiés.

Simone Wapler, directrice de la rédaction des Publications Agora, est contre la disparition du cash suggérée par certains économistes ainsi que contre la décision du gouvernement de Manuel Valls visant à interdire les paiements en espèces au-delà de 1.000 euros. Selon elle, le cash protège nos démocraties.

La Belgique a emprunté un total d'1,924 milliard d'euros à court terme, par le biais de certificats de trésorerie à trois et 12 mois, bénéficiant au passage de taux négatifs records, a-t-on appris mardi auprès de l'Agence fédérale de la Dette.

La KBC est la première banque belge à confirmer qu'elle applique des taux d'intérêts négatifs sur les dépôts à court terme de très grandes entreprises. Cela signifie qu'elles doivent payer pour déposer leur argent en banque, rapportent jeudi De Tijd et L'Echo.